Agriculteurs, terres et semences dans la globalisation

  • Organisé par Birgit Müller, chargée de recherche au CNRS

1er et 3e lundis du mois de 11 h à 13 h (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 16 janvier 2012 au 18 juin 2012. Séance extraordinaire le 7 novembre, de 10 h à 12 h, salle 587, 5e étage, bât. Le France 75013 Paris. Séance supplémentaire le 23 janvier (même heure, salle 10, 105 bd Raspail). Pas de séance le 20 février. La séance du 4 juin est reportée au 11 juin de 10 h à 13 h (salle 3, 105 bd Raspail). La séance du 18 juin est reportée au 25 juin, même salle

À l’aube du XXIe siècle, terres et semences, deviennent des marchandises échangées à l’échelle mondiale, dont la production et la régulation sont affectées par des politiques agraires aussi bien nationales que mondiales. Dans le même temps leur condition physique et leur matérialité constituent la base de toute pratique agricole et deviennent des enjeux de mobilisation politique dans un monde, qui se sent menacé par le changement climatique et le spectre de la faim. Ce séminaire s’intéressera aux visions du monde et du futur qui sous-tendent les pratiques quotidiennes de production agricole.
Il se penche autant sur les processus de standardisation et d’homogénéisation des pratiques de production que sur la différenciation des choix agricoles et sur les initiatives de valorisation et de réinvention du local, considérées comme un autre symptôme paradoxal de la globalisation. On s’intéressera autant aux dispositifs de marchandisation de l’agriculture et de l’alimentation (brevets sur les semences, accaparement des terres…), qu’aux mobilisations sociales et politiques, et aux filières de production et de commercialisation alternatives (circuits courts, luttes paysannes) qu’ils font émerger.
La réflexion théorique portera sur le rapport entre perceptions sensorielles, pratiques et visions du monde, en interrogeant l’impact des formes de commercialisation et de régulation, les configurations de mobilisation et de participation politique tout comme la vie des idées et des pratiques au quotidien. Les concepts émergeants de l’anthropologie de l’environnement seront alors enrichis par les débats qui dominent l’anthropologie politique et économique aujourd’hui.

Lundi 7 novembre 2011, de 10 h à 12 h (salle 587, 5e étage, noyau B, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris) : Tania Murray Li nous présentera ses recherches en cours. Le papier est en anglais et la discussion se déroulera en français

From mixed farms to industrial mono-crops : how palm oil and cacao are transforming landscapes, livelihoods and identities of agrarian populations in Southeast Asia.

The received knowledge about peasants insists that sustaining ecologically-stable mixed farms with an emphasis on food for local consumption is the most appropriate way to live. This is the form of production advocated by La Via Campesina and the global peasant movement. Yet across Southeast Asia former-peasant farmers are abandoning their mixed farms in favour of industrial mono-crops such as cacao and oil palm. Oil palm now covers millions of hectares in the region, and far from rejecting the crop, a great many smallholders are embracing it – especially if given the chance for a decent contract with the large plantation corporations. This paper will describe the transformations associated with crop-booms, and show that they are far deeper than simply a change in land use: they reshape landscapes, property regimes, and the identities of agrarian populations.

Tania Murray Li, professeure et titulaire de la chaire canadienne de la recherche au département d’anthropologie de l’université de Toronto, a écrit sur l’émergence du mouvement des peuples indigènes de l’Indonésie, sur la réforme agraire, la formation des classes en milieu rural, des luttes autour des forêts et la conservation, la gestion des ressources communautaires et le déplacement forcé des populations. Elle a récemment publié The Will to Improve : Governmentality, Development, and the Practice of Politics(Duke University Press, 2007) et en 2011 Powers of Exclusion : Land Dilemmas in Southeast Asia.avec D. Hall et P. Hirsch. National University of Singapore Press/University

16 janvier 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) :  Birgit Müller, Agriculteurs, terres et semences dans la globalisation (introduction)

23 janvier 2012 (salle 10 105 bd Raspail) : Marie Phliponeau, De l’ « indigène » au « cotonculteur », la création d’un pays cotonnier en Afrique de l’Ouest (cas du Burkina Faso) Le coton est au coeur des sociétés d’Afrique de l’Ouest depuis 10 siècles mais sa place et sa nature ont été profondément modifiées à la période coloniale transformant radicalement les rapports des paysans à leur terre, à leur territoire, à l’univers culturel et identitaire lié au coton.

6 février 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Jean Foyer, Conserver les mais locaux au Mexique: des banques de gènes aux fêtes populaires En centrant sur la question de la coévolution entre le maïs et la société mexicaine (avec une interrogation sur le statut d’acteur) et les différents statuts alloués au maïs selon le type d’acteur (agriculteur, paysan indigène, paysan indigène, différentes communauté scientifiques…)

5 mars 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) :
Christophe Bonneuil, Entre diversité bio-culturelle et réductionnisme moléculaire: la controverse sur la présence de transgènes dans les maïs mexicains.
Birgit Müller, Échappement de gènes et propriété intellectuelle : le colza au Canada

19 mars 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) :
Frédérique Jankowski (mars/avril) Les sols agraires sont-ils vulnérables au changement climatique ? Concertation et définitions de la vulnérabilité des sols au Sénégal.
Birgit Müller
Qu’est-ce que un sol vulnérable? Classification des sols et enjeux du développement au Nicaragua

2 avril 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Ingrid Hall, Pommes de terre « natives » et conservation in-situ au Pérou. Quelle place pour les paysans ?
(Exposer les modalités de constitution de des collections nationales et internationales puis de les mettre en perspective avec les pratiques des paysans.)

7 mai 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Élise Demeulenaere, Mouvement semences paysannes

21 mai 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Fréderic Thomas, Transcription du droit international de la PI sur les variétés des plantes cultivées en droit national : l’exemple du Vietnam

11 juin 2012 (de 11 h à 14 h, salle 9, 105 bd Raspail) :
Cindy Adolphe, Cafés et caféiers chez les Gedeo (Ethiopie), de l’arbre de l’envahisseur à la valorisation du patrimoine
Valeria Sinsicalchi, Le Mouvement Slow Food

25 juin 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Michel Streith et Birgit Müller, Agriculture paysanne et recomposition des enjeux alimentaires

 

Mots-clés : Anthropologie, Biologie et société, Développement durable, Environnement, Politique, Rurales (études),

Aires culturelles : Amérique du Nord, Amérique du Sud, Contemporain (anthropologie du, monde),Transnational/transfrontières,

Centre : IIAC-LAIOS – Laboratoire d’anthropologie des institutions et organisations sociales

Renseignements : Lydie Pavilli-Baladine, IIAC-LAIOS, EHESS 190 ave de France 75013 Paris, tél. : 01 49 54 21 98, courriel : Lydie.Pavili-Baladine(at)ehess.fr.

Site web : http://www.iiac.cnrs.fr/laios/spip.php?article206

Adresse(s) électronique(s) de contact : bmuller(at)msh-paris.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *