Séminaire « Analyser la circulation des savoirs : contributions et méthodes » année 2013

 

Séminaire [année 2013]

Argument
Les enjeux de la circulation des savoirs offrent depuis plusieurs années un matériau essentiel à la réflexion de plusieurs sciences humaines et sociales, au premier rang desquelles la sociologie, l’histoire, les sciences politiques ou encore les sciences de l’information et de la communication. Au carrefour de ces disciplines, les études sociales sur les sciences ont documenté de multiples aspects de la circulation comme le rôle des porteurs de savoirs, des objets, des textes ou des normes qui à la fois rendent possible et contraignent la circulation des savoirs. De nombreux travaux ont ainsi contribué à mettre en évidence que les phénomènes de circulation des savoirs sont caractérisés avant tout par l’hétérogénéité des mécanismes qui les composent. En effet, la circulation des savoirs scientifiques et techniques implique de tenir compte à la fois des producteurs de connaissances, des acteurs intermédiaires et des communautés d’accueil, des lieux – dont l’échelle varie -, des médiations diverses comme les écrits, des séances de démonstration, des outils et objets de toutes sortes. Cette hétérogénéité impose l’idée que les circulations des savoirs, loin de constituer des phénomènes indépendants, sont imbriquées dans des phénomènes économiques, sociaux, techniques, sémiotiques dont l’analyse doit rendre compte simultanément.
Dans cette perspective, le séminaire poursuit deux objectifs complémentaires. Le premier est de rassembler des interventions dans lesquelles les phénomènes de circulation des savoirs sont analysés en tenant compte des différentes strates, des différents mécanismes qui les composent et surtout en mettant en évidence la façon dont ils s’articulent (acteurs, textes, dispositifs techniques, etc.) pour en tirer des enseignements méthodologiques et conceptuels. Le second est de rassembler des interventions qui s’intéressent plus particulièrement aux circulations dans une perspective internationale prenant en compte la singularité de la contribution des pays du sud dans la production des connaissances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *