Tous les articles par bekonal

Nature / culture : présupposés historiques et épistémologiques

Nature / culture : présupposés historiques et épistémologiques

Texte de Claire Grino. issu de : http://ciera.hypotheses.org/244

Manifestation : Nature / culture, aller et retour [1]

Date : 6 au 10 septembre 2012

Lieu : Moulin d’Andé

Retour sur la perspective épistémologique

De manière très générale, et pour reprendre le titre de la première conférence, «Nature / Culture: dualisme conceptuel ou ontologique ? »((1 [2])) , il nous a semblé intéressant d’aborder le dualisme nature – culture, objet premier de notre séminaire, par les deux voies mentionnées dans le titre, conceptuelle et ontologique. Mettre les choses au clair à ce niveau, même de manière bien évidemment schématique, nous apparaît nécessaire afin de poser certains repères pour des débats ultérieurs et mieux comprendre les positions des un.e.s et des autres, ainsi que les enjeux à la fois ontologiques et épistémologiques que les différentes perspectives naturalistes ou culturalistes((2 [3])) , dans leur variété, véhiculent.

  [4]

 

Au plan ontologique, c’est-à-dire en ce qui concerne la constitution du monde et les êtres qui le composent, le dualisme nature – culture renvoie à une distinction entre deux domaines de réalité avec d’un côté des choses qui semblent être indépendantes de toute intervention humaine et ne devoir leur existence qu’à elles-mêmes, plus précisément à la force de génération de la Nature des Anciens (ou aux lois de la nature des Modernes), une nature qui se reproduit par elle-même et assure la constitution du cosmos ou de l’univers. On range dans cette catégorie, par exemple, le système solaire, la pluie, les rivières, les os. En rupture avec ce premier registre, le monde comprend également des êtres qui sont le résultat de l’activité humaine, qui dérivent d’un processus historique et culturel, comme par exemple les autoroutes, le Moulin d’Andé, et aussi les institutions ainsi que les représentations ou idées, comme une pièce de théâtre, un fantasme. Se différencient ainsi d’un côté les êtres naturels qui sont donnés et correspondent à un domaine qui existe en soi, qui se présente comme régulier, dont les phénomènes sont reproductibles et sont générés par des causes (l’ordre rationnel du cosmos, les lois de la nature), des êtres culturels qui, d’un autre côté, sont institués, et en tant que tels forment un domaine au sein du réel de choses qui n’existent que d’avoir été produites par l’agir humain, et donc par la médiation de la conscience. Ces dernières entités existent par conséquent pour soi, et échappent dès lors aux pures déterminations naturelles au profit d’une ouverture ou d’une participation à la liberté et à la logique des raisons. Bref, tous les objets du monde ne partagent pas le même mode d’être : tel est le sens ontologique du dualisme.

  [5]

En vertu de l’hétérogénéité des « modes d’être des choses à connaître »((3 [6])) , répartie en deux groupes, deux modes de connaissances distincts ont été dégagés et distingués : on ne connaît pas la « colère » de l’Etna qui mène à une éruption volcanique comme on connaît la colère d’un peuple qui mène à la révolution ! Les régularités causales exigent des approches et des méthodes d’investigation qui ne peuvent être transposées à l’étude des singularités, des raisons, des intentions, et vice versa. À chaque type de phénomène sa science. Le dualisme conceptuel ou épistémologique dérive du dualisme ontologique.

Au regard de cette cartographie du savoir qui repose sur une corrélation entre deux modes de connaissances (des objets à connaître) et deux modes d’être (des objets à connaître), les critiques contemporaines, à l’encontre du dualisme qui structure cette conception des sciences et des êtres, ont été vigoureuses. Deux raisons principales, ou importantes, motivent ce rejet – et par conséquent l’intérêt de revenir pour nous sur ce découpage du savoir et du monde, en somme l’intérêt du séminaire ! Avant de les présenter, ajoutons ceci. Même si nous n’aurons pas vraiment le temps ici d’en examiner les résultats, il est intéressant de mesurer les thèses antidualistes à l’aune du programme qu’elles se sont donné à elles-mêmes, c’est-à-dire des réaménagements qu’elles impliquent aux deux plans mentionnés : ontologique et épistémologique. Au-delà de la fraîcheur et de l’originalité que certaines critiques apportent, ou au-delà, à l’inverse, des aspects sombres, rebutants ou jargonneux de certaines de leurs hypothèses, observer ce qui en découle à ces deux niveaux peut s’avérer surprenant. Cela peut aussi parfois être décevant, et contribuer, finalement, à la répétition de positions antérieures ou à la reconduction déguisée du dualisme.

Une première mise en cause massive du dualisme nature – culture, et sans doute la plus en vogue, relève de l’épistémologie et questionne la pertinence d’une distinction entre deux modes de connaissance. L’argument consiste à avancer l’idée qu’indépendamment de la nature de l’objet à connaître, qu’il s’agisse du flux de la circulation automobile ou du flux des marées, nous n’avons jamais un accès direct aux choses, nous n’atteignons jamais les choses en soi mais nous rapportons toujours à ces dernières par l’intermédiaire du langage, des symboles, des représentations, du contexte social et culturel d’une époque donnée. Nous percevons « simplement » des phénomènes, les choses telles qu’elles nous apparaissent. Dès lors, il faut relativiser l’ensemble de nos savoirs, quels que soit la « solidité » ou les caractères de leur objet.

Les sciences de la nature, comme les sciences de l’esprit, ne manient en effet, poursuit le raisonnement, jamais que des représentations culturelles : nous croyons percevoir des éléments naturels, nous évoluons pourtant dans, et en restons à, des éléments de culture. Le concept biologique de sexe, par exemple, a une histoire. Il n’a pas toujours existé((4 [7])). Ses différentes définitions nous informent davantage sur la vision des relations entre les sexes que portent les sociétés qui les produisent, que sur le fonctionnement organique d’une chose en soi que serait un « sexe ». Nous sommes, en tant que sujets connaissant, prisonniers d’un solipsisme humaniste qui nous réduit à tourner en rond au sein d’une cage des représentations indémontable, y compris là où nous pensions pouvoir y échapper et saisir la « nature » dans sa constitution propre.

Or si les sciences sociales ont largement réfléchi sur leurs propres conditions de connaissance et leurs limites inhérentes, ce n’est pas le cas des sciences « dures » qui jouissent d’un privilège de sciences exactes et du poids politique afférent. La critique se doit par conséquent de prendre en charge cette question et d’analyser les sciences à partir de leurs rituels, leurs modes de fonctionnement, les intérêts qu’elles servent et leur qualité de pratique humaine qui ne leur permet ni d’observer ni de délivrer « la vérité », ou les choses telles qu’elles sont en elles-mêmes. À ce titre, les sciences naturelles ne sont qu’une culture comme une autre. À la limite, puisque les énoncés (y compris scientifiques) sont ramenés à l’univers symbolique duquel ils procèdent (selon une inspiration structuraliste), et non à l’épreuve du réel, la culture scientifique exprime en fait une vision du monde particulière, rien de plus.

Cette veine culturaliste d’une critique de la science, qu’on qualifie aussi parfois d’antinaturaliste, de constructiviste radicale, émerge dans les années 60 à la faveur des mouvements d’indépendance et dans le sillon de la décolonisation. La science, et son avatar, la technique moderne, sont perçues comme de puissants outils du néocolonialisme, exportant une vision du monde particulière, des institutions et des contrats qui détruisent les structures indigènes. La critique est donc avant tout politique, et se concentre sur les valeurs phares des Lumières, non seulement décevantes mais identifiées comme l’arme des conquérants, telles que les Droits de l’homme, l’individualisme, l’idée de sujet autonome et rationnel, la notion de progrès scientifique, technique et social. C’est au nom des faits (de l’histoire) que ces principes sont rejetés puisque loin d’avoir contribué à la justice et à l’égalité, ils ont au contraire servi à la constitution des empires occidentaux et l’asservissement de nombreux peuples. L’universel, valeur cardinale de cette vision du monde, est récusé en bloc, y compris au titre de critère transcendant. Il est démasqué comme supercherie qui sert toujours d’abord des intérêts particuliers. Et la science n’échappe pas à ces critiques : elle qui prétend, du moins du côté des sciences de la nature, apporter des jugements nécessaires et universels, doit être rapportée aux facteurs particuliers et contingents qui la structurent. De ce point de vue la science ne peut être dégagée de son ancrage historique et elle ne saurait se prévaloir du statut d’universalité. Elle est simplement l’approche qui a réussi à s’imposer. La mise à l’écart des savoirs mineurs (savoirs des autochtones, des femmes, etc…) n’est pas une affaire de vérité, mais de rapports de pouvoir.

Cette perspective, bien évidemment très diverse mais dont on a tiré brièvement quelques traits saillants, s’est exacerbée en gros jusque dans les années 90 et peut-être 2000. C’est dans ce sillage qu’on retrouve, entre autres, l’émergence des Cultural Studies, des critiques sociologiques, anthropologiques ou féministes des sciences et des techniques (un renouveau de l’épistémologie dont participe Latour, Haraway), certaines perspectives des Postcolonial Studies, certaines théories féministes, le regain d’intérêt aux Etats-Unis pour Foucault et Derrida, les thèses de Judith Butler, et citons en amont le structuralisme, la psychanalyse et le tournant linguistique.

À l’égard de ce premier ensemble de critiques, qui interpelle les modes de connaissance, nous ferons deux remarques rapides, et d’ailleurs connues, voire d’usage.

La première concerne la question du dépassement du dualisme, profondément décrié pour son ethnocentrisme et ses conséquences politiques par ces approches, qui en ont souvent fait leur cheval de bataille. Mais ce genre de perspective constructiviste radicale, qui nie la possibilité d’une expérience directe de la nature et insiste sur l’emprise du symbolique dans nos interactions avec l’environnement naturel, suppose un autre type de dualisme : celui qui pose une frontière infranchissable entre le sujet et l’objet. Ce qui veut dire, par exemple, que quelle que soit la manière avec laquelle les peuples qui ne partagent pas notre « cosmologie naturaliste », pour reprendre les termes de Descola, divisent les constituants du monde – réunissant des intériorités que nous séparons ou distinguant des physicalités que nous rapprochons – ils n’entrent pas plus que nous en contact immédiat avec les choses en soi. La lourde charge portée contre la science moderne n’autorise donc pas une requalification des savoirs mineurs à partir du critère d’une affinité plus grande avec la nature (les autochtones ne sont pas plus proches de la nature que les colons occidentaux). En ce sens, et malgré la reconduction d’une forme de dualisme, contraire à la visée initiale de cet ensemble de projets, la substitution du couple sujet – objet au couple nature – culture est sans doute une des forces de cette position.

Par ailleurs, ces approches risquent une position idéaliste, parce qu’elles attribuent au langage une puissance démiurgique. Notre rapport au monde, notre être au monde, s’épuiserait au final dans un ordre symbolique. En réponse à cela, la critique de la dichotomie nature – culture peut également être menée à partir d’une posture réaliste et moniste, qui procède d’un examen des choses.

  [8]

À l’encontre des objections précédentes, qui visent le dualisme méthodologique et recommandent, plutôt que deux approches distinctes,une attention commune aux représentations et à leurs usages, leurs conséquences, leur pouvoir de sédimentation des matérialités, leur pouvoir de normalisation des comportements, etc…, le partage nature – culture peut aussi être questionné eu égard aux choses. La distinction entre des objets naturels et des objets culturels possède-t-elle aujourd’hui encore un sens ? Les pluies sont naturelles, certes, mais la croissance du nombre de tsunamis ? Le Moulin d’Andé doit son existence aux humains bien sûr, mais ne dépend-t-elle pas également de la présence de la Seine ? Loin de la thématique de la construction, qui renvoie à celle de la représentation, c’est la vieille distinction aristotélicienne entre le « naturel » et le « fabriqué » qui peut être mobilisée à l’encontre du dualisme. Cette distinction est-t-elle historiquement, aujourd’hui, encore pertinente pour décrire les constituants du monde actuel ? Au plan ontologique, cela est-t-il désormais seulement possible d’isoler une sphère naturelle d’une sphère culturelle ? Notre monde n’est-il pas composé d’êtres hybrides, de sujets-objets, fruits d’une co-évolution culturelle et naturelle ?

Notons que ce sont le souci environnemental et le développement biomédical, qui, ici, distillent le doute et invitent à une révision de la dichotomie, non pas l’effervescence politique de la décolonisation. Il s’agit d’une critique davantage interne qu’externe d’un même état de fait : le mode de vie capitaliste d’origine occidentale et sa propension impérialiste.

Faut-il pour autant conclure à un monisme ontologique généralisé, qui légitimerait la mise à l’écart du dualisme méthodologique ? Oui et non : à la première partie de la question, la réponse est double. Elle est négative dans la mesure où un monisme ontologique aurait quelque chose de naïf, a fortiori aujourd’hui. Il se ferait au prix d’une réduction de tensions productives et d’une simplification pour le moins paradoxale des évènements d’un monde dont la complexité, générée par les processus de modernisation, ne cesse de croître. La reconnaissance de structures d’être diverses, voire multiples (structures physiques, génétiques, informatiques, techniques, juridiques, économiques…) doit, néanmoins, s’accompagner de la prise de conscience du partage d’un monde commun – la réponse est positive dans cette mesure.

Comment comprendre, sinon, que des étrangers puissent communiquer un tant soit peu ? La perspective culturaliste radicale, à la limite, n’a pas de réponse à cette question. Enfermés dans leurs représentations propres, dont on se demande d’ailleurs comment elles peuvent être collectives, les êtres humains ne disposeraient d’aucune ouverture (à la manière des systèmes et des environnements luhmanniens) à aucun type d’altérité (à aucune altérité « naturelle » des choses en soi, par définition, mais à aucune altérité culturelle non plus : le non-déjà connu n’est pas saisissable, la sur-spécialisation rend aveugle). Dans cette optique de prison culturelle, comment, encore, l’enfant peut-il apprendre une langue ? Puisque ce n’est manifestement pas le partage a priori d’une culture qui rend possible une certaine relation entre nouveaux-nés et adultes, c’est donc autre chose. C’est à ce titre qu’intervient l’hypothèse de l’appartenance de tous ces êtres, à un niveau fondamental, à une même réalité. Elle postule l’existence d’une réalité commune (monisme ontologique), bien qu’agencée de manière extrêmement complexe. Ainsi, nous pouvons comprendre qu’entre deux entités, des choses sont possibles à certains niveaux, mais pas à d’autres. Et à l’inverse, cela explique aussi qu’il n’y a pas de mystère dans le fait que nous sommes « ouverts » aux altérités « naturelles » et « culturelles », c’est-à-dire dans le fait que nous vivons dans un environnement dans lequel nous pouvons – encore un peu – respirer, et communiquer, et partager des symboles, etc… Nous appartenons à un même réel et avons co-évolué.

Dès lors, revenons à la deuxième partie de la question posée plus haut : puisque l’argument ontologique ne soutient plus le dualisme méthodologique, faut-il le remplacer, et par quoi ? Si la réalité, quoique très complexe, n’est pas scindée en ordres de réalité distincts mais est une, faut-il viser un seul type d’approche du réel, synthétique et unitaire ?

  [9]

En l’absence de l’hypothèse de Dieu, une telle thèse, celle d’un savoir absolu, n’est pas défendable. Il nous faut plutôt admettre qu’il y aurait une réalité non pas tant hybride que protéiforme, perçue diversement – à partir de points de vue réducteurs et multiples, ni forcément complémentaires ni nécessairement commensurables. En effet, la réalité est proliférante, multiple et complexe, elle se ramifie et se différencie, sans toutefois cesser de participer à un certain tout (on pourrait dire : une certaine solidarité ontologique primordiale)((5[10])), qu’il est dès lors indifférent de qualifier de naturel ou d’artificiel (la formule de Descartes selon laquelle « tout ce qui est artificiel est avec cela naturel((6 [11])) », comme l’exemple de l’avion qui ne défie pas les lois de la nature mais les maîtrise admirablement, penchent vers la première qualification ; l’hypothèse de notre entrée dans une ère anthropocène penche pour sa part vers la seconde). Notons pour corroborer ce point que le processus de différenciation peut s’accomplir par l’intermédiaire des humains (qui ont à l’aune de la modernité commencé par distingué le bien du beau et du juste, et n’ont pas cessé le processus de spécialisation depuis), ou non (tous les êtres vivants contemporains descendent de certaines bactéries communes initiales). Mais quoi qu’il en soit des agents du processus de spécialisation, à cette profusion du réel ne correspond aucun entendement ou aucun corps (connu) capable d’en saisir les moindres détails et d’en former un savoir synthétique. Au contraire, à chacun ses lorgnettes (son appareillage perceptif) et par conséquent son monde. Celui de la tique est composé de trois affects, relate Deleuze((7 [12])). Il n’a rien à voir avec celui des dauphins. Ou des humains. Plongés dans un même réel, ils en auront des perceptions radicalement distinctes. Une seule réalité donne donc lieu à une multiplicité d’approches, à des modes de connaissances extrêmement diversifiés.

Pour autant, l’absence d’une intelligence ou d’une sensibilité transcendante (que nous ne possédons pas) n’implique pas l’impossibilité de dire des choses sur le monde. L’impossibilité pour nous d’une prise de vue synthétique du réel ne ruine pas le projet scientifique de connaissance. Nous pouvons, bien sûr, distinguer des types de perceptions. Certaines se donnent pour singulières (le regard amoureux), d’autres sont communes (le sens commun), d’autres enfin se donnent des méthodes de vérification et ne valent que d’être démontrées et corroborées (la science). La perception amoureuse, le sens commun et l’observation scientifique diffèrent, délivrent des informations sur le monde de nature différente. Nous devons simplement en tirer les conséquences appropriées quant à nos propres possibilités de connaissance : que nous les prenions ou pas, nous sommes dépendants de positions sur le monde, qui sont celles à partir desquelles nous l’observons.

Mais, une fois encore, puisque l’argument ontologique est tombé faute de deux ordres de réalités hétérogènes, et puisque une connaissance relative du monde nous est possible, la distinction non pas entre science et non-science, mais entre deux modes de connaissances scientifiques est-elle justifiable ? Pourquoi n’y en aurait-il pas trois, ou plus ? En fait, quelles implications pour le savoir la prise de conscience que nous ne produisons jamais que des « savoirs situés »((8 [13])), quelles que soient les méthodes d’objectivation retenues, entraîne-t-elle ?

  [14]

En guise de réponse rapide, on peut se référer à l’étymologie du terme « co-naissance » qui veut dire « naître avec » ou « naître ensemble » et mobilise l’idée que sujet et objet sont solidaires, se conditionnent réciproquement, de même qu’un système et son environnement, le corps (Leib) et le monde vécu ( Lebenswelt). La réalité est composée de modes d’être divers qui se rapportent les uns aux autres chacun à leurs manières : l’identification de différentes couches de réalité, de domaines hétérogènes au sein du réel, dépend des relations qui sont nouées avec ce dernier, des observations qui sont faites, des appropriations réalisées. Le monde de la tique n’est pas le même que le nôtre. Mais le sien, comme le nôtre, est dépendant respectivement de la tique et de l’humanité. Il en va de même des objets de connaissance, dont les contours, la teneur, les fonctions sont dépendants des savoirs qui les appréhendent, et par conséquent aussi des diverses caractéristiques collectives (institutionnelles, socio-économique, ethnique, de genre etc…) des sujets de connaissance.Les modes d’être des objets à connaître sont co-constitués par les modes de connaissance. Or, si aucune raison ontologique ne préside à la distinction entre deux approches qui procèdent selon des voies propres, on peut en conclure que les familles scientifiques relèvent simplement de traditions culturelles. En somme, nous avons pris l’habitude de découper la réalité en deux grandes classes d’objet, mais cela tient à notre regard, à notre cosmologie, à notre fond culturel, et non à la réalité. Les familles scientifiques pourraient donc évoluer. De nouveaux regroupements pourraient légitimement prendre la relève.

Ce genre de critique d’ordre ontologique à l’égard de la distinction entre les Geisteswissenschaften et les Naturwissenschaften n’est pas nouvelle. Établie par Dilthey, elle a déjà connu les assauts des néokantiens de Bade, qui rapportaient cette distinction non pas à la constitution du monde, infiniment complexe, mais à notre condition humaine, trop peu outillée. Nous avons besoin de découper la réalité en différents domaines pour pouvoir en saisir quelques bribes. La justification des néokantiens est donc purement pragmatique. Dans cette logique déjà, et indépendamment des transformations du monde opérées par l’humanité, il faudrait dire que la séparation entreGeisteswissenschaften et Naturwissenschaften est artificielle, indépendante d’une quelconque assise ontologique.

La reprise actuelle de cet argumentaire finalement fort ancien appelle une remarque contextuelle. Une fois admis la contingence du découpage des domaines du réel, il reste que la distinction massue entre objets naturels et objets culturels ne fait plus consensus aujourd’hui comme elle le faisait jusqu’à récemment (disons jusque dans les années1960-70). Nous le disions, les préoccupations écologiques et dans une moindre mesure biomédicales ont contribué au réexamen minutieux de cette séparation et son étanchéité a été mise à rude épreuve. Et de fait, il ne reste pas un critère de distinction qui ne puisse être contredit (nature – artifice, inerte – vivant, matière – esprit, humain – machine, …((9 [15]))). Ainsi, ce qui n’était encore envisagé qu’au plan virtuel de la légitimité au début du 20è siècle, à savoir la possibilité d’un recoupement très différent des appréhensions scientifiques du monde, est sans doute en train de devenir réalité. La culture scientifique et le sens commun sont en mutation à cet égard.

Bien sûr, la curiosité vis-à-vis des autres disciplines et les emprunts que les investigations hors frontières entraînent se sont toujours faits et nourrissent chaque discipline en retour. La mécanique newtonienne est le matériau sous-jacent de la Critique de la raison pure de Kant, le concept d’ « information » a connu un sérieux succès transversal dans la seconde moitié du 20è siècle et fécondé plus d’une discipline. Aujourd’hui, dans le même ordre d’idée, il est intéressant de constater que la recherche en génétique évolue vers une relativisation d’un déterminisme causal simple des gènes à travers le concept d’épigénétique, alors qu’à l’inverse, certains voudraient traiter des objets historiques avec davantage de déterminisme (et parlent de gène de la délinquance…). Néanmoins, la prolifération des thèmes de transversalité, transdisciplinarité, interdisciplinarité, pluridisciplinarité témoignent d’un ébranlement contemporain plus profond des repères épistémologiques. L’ouverture et les emprunts se muent même dans certains cas en réductionnisme sauvage et se donnent pour objectif la recherche d’une vision holiste du monde – qui réduirait aussi bien les prises de vue du monde que ses objets ! Tel est pourtant le programme explicite du National Nanoinitiative, projet vertigineux, lancé en 1999 par le gouvernement fédéral des Etats-Unis, qui vise « une analyse causale du monde physique, unifiée depuis l’échelle nano jusqu’à l’échelle planétaire »((10 [16])), ainsi que celui des projets de recherche NBIC (pour nano-bio-info-cogno), qui se proposent de réaliser une convergence des sciences et des technologies, pour, entre autres, améliorer l’humain.

Cette évolution des approches scientifiques, leur réaménagement en cours comme les échanges collaboratifs que l’on peut se souhaiter, peut être envisagée de deux points de vue : du point de vue des pratiques scientifiques dans une perspective socio-anthropologique mesurant les enjeux de pouvoir que charrie le savoir, ou du point de vue des choses, que l’activité humaine a transformées. Quelle que soit l’approche retenue, nul doute que se donner les moyens, lors d’un prochain séminaire du CIERA, d’engager le dialogue avec des chercheurs des sciences de la nature serait des plus profitables.

  1. Conférence de Gérard Lenclud, mardi 6 septembre à 15h, en ouverture de l’axe 1. [ [17]]
  2. J’utiliserai ici naturalisme dans le sens de réalisme et culturaliste dans celui de constructivisme radical. [ [18]]
  3. Je reprends ici les termes de Lenclud, et aussi son exemple très évocateur des deux colères. [ [19]]
  4. Foucault avance qu’avant, à l’époque de la chrétienté, nous avions une chair. Voir Dits et Écrits, texte 181, « L’Occident et la vérité du sexe », Gallimard, Quarto, Paris, 2001, p. 105 et La volonté de savoir, Gallimard, Tel, Paris, 1976, p. 201-208. [ [20]]
  5. Évidemment, l’idée de tout est prémoderne mais elle resurgit dans les débats écologistes et est revisitée par science de l’écologie à travers les idées d’interrelation et de dépendance mutuelle, mises de l’avant dans les concepts d’écosystèmes, de biosphère. [[21]]
  6. « Et il est certain que toutes les règles des mécaniques appartiennent à la physique, en sorte que toutes les choses qui sont artificielles, sont avec cela naturelles. » Descartes, Les principes de la philosophie, quatrième partie, article 403. [ [22]]
  7. Ce sont les affects de la lumière, olfactif et calorifique. Deleuze, Spinoza. Philosophie pratique, Paris, éditions de minuit, 1981, p. 167. [ [23]]
  8. Donna Haraway, « Situated Knowledge : The Science Question in Feminism as a Site of Discourse on the Privilege of Partial Perspective », in Feminist Studies, 14.3, 1988, p. 575-599. Les méthodes visent la suspension du caractère subjectif des observations, mais elles demeurent toujours relatives à une communauté subjective, immanentes au mondes, situées. [ [24]]
  9. Bien qu’il s’agisse sans doute davantage de reconfiguration que de dépassement (si l’on prend le concept de nature par exemple), il reste qu’aucun de ces pôles ne peut plus prétendre aussi simplement qu’auparavant à un sens propre. Prenons l’exemple de la matérialité : les normes la co-constituent ; celui de la résistance de la matière ou des structures du vivant : l’ordre social est souvent plus réfractaire au changement que l’ordre « naturel » ; celui des raisons : elles ont des causes ; celui de la permanence de l’identité des entités substantielles « naturelles » : dans le monde de l’infiniment petit, il n’en va pas ainsi ; celui de l’indépendance de l’objet « naturel » à l’égard des observations : la théorie de la relativité générale l’invalide ; la capacité d’adaptation du vivant : l’intelligence artificielle confond les observateurs … [ [25]]
  10. Voir Bernadette Bensaude-Vincent, Les vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome, Paris, La Découverte, 2009. [ [26]]

Circulation et échanges de savoirs de la nature sur l’Amérique latine : entre continents, entre communautés

Comité d’organisation :

Pablo Kreimer (CONICET, Argentine, professeur invité IHEAL) (pkreimer@unq.edu.ar), David Dumoulin (IHEAL-CREDA-Sorbonne Nouvelle)( david.dumoulin@univ-paris3.fr), Mina Kleiche-Dray (UMR 201, IRD-Paris I Sorbonne)( Mina.Kleiche@ird.fr)

Un séminaire Bek(onal)/ENGOV[1] en collaboration avec l’axe « Circulation des savoirs et des pratiques culturels » du CREDA (UMR 7227 [2]).

Format : cette année le séminaire sera organisé en 3 tables rondes au printemps 2012

 Public : Il s’agit d’un séminaire de recherche destiné aux doctorants et chercheurs travaillant sur des domaines proches des études sociales des sciences. Les  participant des projets ENGOV (projet européen FP7, Environmental Governance in Latin America and the Caribbean: Developing Frameworks for Sustainable and Equitable Natural Resource Use) et Circulation des savoirs et des pratiques culturels du CREDA (UMR 7227), les  étudiants, doctorants et chercheurs de l’IHEAL-CREDA, institution où Pablo Kreimer est professeur invité durant ce semestre seront particulièrement les bienvenus, ainsi que tous les chercheurs  et futurs-chercheurs s’intéressant aux savoirs de la nature.

Lieu : Institut Des Amériques, salon des Amériques (175 rue Chevaleret), IHEAL (27 rue Saint-Guillaume). Dates fixées : (salon des Amériques de l’IDA réservé 14h-18h) :

vendredi 30 mars, (14h-18h) , vendredi 6 avril, (14h-18h) , vendredi 11 mai (14h-18h).

 

Description générale :

« La vocation universelle des savoirs de la nature est un des axes centraux de la structuration de plusieurs domaines scientifiques aussi bien que de la mise en question publique des thèmes liés à la connaissance, intervention, transformation, exploitation, voire la prise de conscience des risques de la nature et de ses relations avec les sociétés ».Durant plusieurs siècles les échanges de savoirs se sont développés en changeant  de nature à plusieurs reprises, selon les divers paradigmes épistémologiques, culturels et politiques opérant.

L’Europe, notamment, a joué un rôle crucial dans ce processus, dans la mesure où ce sont les intellectuels, scientifiques ou simplement les voyageurs européens qui ont pendant longtemps « marqué le terrain » des horizons des savoirs modernes et des rapports entre nature et société. L’Amérique latine a été l’une des régions les plus actives lors des échanges, d’une part par la présence d’élites qui ont joué le rôle d’intermédiaires entre les courants européens et les sociétés en place; et d’autre part, par la présence de la diversité des espèces vivantes méconnues des européens qui en faisaient un lieu privilégié pour le travail de terrain (faut-il rappeler à titre d’exemple le rôle des « messagers » qu’ont joué certains savants locaux dans la classification de Linnée, ou le rôle crucial des voyages de Darwin en Amérique du Sud ?). Aujourd’hui,  au niveau mondial, la coopération internationale et la mobilité sont devenues partie intégrante de la carrière des scientifiques. Nous savons que ces dernières sont motivées par différentes raisons et motivations relevant aussi bien des logiques politiques, diplomatiques, militaires, économique, sociales que des logiques scientifiques.

L’objectif de ce séminaire est de mettre en relief la nature et les conséquences de ces échanges, et de rendre compte des transformations des savoirs sur l’Amérique Latine les plus saillantes au cours de ces circulations au cours des trois derniers siècles. Ceci devrait apporter un éclairage sur l’impact de ces échanges  sur le transfert, la diffusion, la ré-appropriation et la co-production des connaissances scientifiques, sur l’organisation scientifique et leurs interactions avec les priorités gouvernementales ou institutionnelles. Pour cela nous avons fait appel à des spécialistes de l’histoire de la circulation des savants, des scientifiques, des instruments, des modèles institutionnels pour comprendre les facteurs qui favorisent et déterminent la circulation des savoirs, la production des connaissances, la formation de la communauté scientifique et l’émergence de nouveaux champs de recherche.

Ainsi le séminaire sera organisé en 3 séances, chacune autour de 4 présentations et qui approcheront les axes centraux de ces échanges–épistémiques, culturels et politiques- pour chaque période considérée. Deux commentateurs organiseront les points communs et élaboreront la synthèse de chaque séance :

– La première séance est intitulée « Expéditions scientifique européenne et rencontres latino-américaines: l’âge des savants » (XVIII – XIXe) » et aura lieu le vendredi 30 mars (14h-18h).

– La deuxième portera sur l’ « Internationalisation des sciences au XXème siècle : disciplines, pratiques, conséquences » et aura lieu le vendredi 6 avril (14h-18h).

– Enfin, la troisième séance s’intitule « Géopolitique des savoirs sur la nature : nouvelles réalités, approches, nouvelles controverses » et aura lieu le vendredi 11 mai (14h-18h).

 

Séance 1

Vendredi 30 mars, (14h-18h)

« Expéditions scientifique européenne et rencontres latino-américaines sur la nature:  l’âge des savants » (XVIII – XIXe).

Cette première séance portera sur l’organisation de certaines « expéditions scientifiques » organisées depuis l’Europe en terres latino-américaines au XVIIIe et XIXe siècle, avant que s’organisent de véritables institutions scientifiques disciplinaires telles qu’elles émergent au tournant du XXe siècle. Elle vise surtout à donner à la réflexion collective un regard rétrospectif sur les continuités et les ruptures qui caractérisent les circulations des savoirs entre l’Amérique latine et l’Europe. Quatre perspectives seront privilégiées en vue de possibles comparaisons, sans viser l’exhaustivité ni l’érudition historiographique.

1 – Quel a été l’ancrage institutionnel de ces expéditions dominées par de fortes personnalités : le rôle des Etats mais aussi celui des premières académies ? Quelles ont été les ruptures dans ce type d’expéditions avec les indépendances des pays latino-américains ?

2 – Quelles ont été les relations avec d’éventuels « alter-ego » locaux (imposition d’une vision eurocentrique ? tensions entre modèles et modes de penser ? division du travail ? différences de savoirs, de regards sur la nature ?)

3 – Quelles perceptions de la nature, quelles cultures scientifiques, quelles labellisations disciplinaires sont alors mobilisées ? (Géographie ? Etudes naturalistes ? Botanique ? Zoologie ? Biologie ? Anthropologie ? Médecine ?)

4- Comment alors qualifier les modes de circulation des savoirs – et/ou de collections matérielles- entre les deux continents ?

 

Séance 2

Vendredi 6 avril, (14h-18h)

« Internationalisation des sciences de la nature au XXème siècle :

disciplines, pratiques, conséquences »

Vers les premières décennies du XXème siècle, la plupart des disciplines « modernes » sont déjà établies dans des institutions universitaires, musées et centres de recherche en Amérique Latine, notamment dans les pays les « actifs » (Mexique, Colombie, Argentine, Brésil, Chili). En même temps, dans les pays développés (Europe et les Etats-Unis) les domaines scientifiques ont engendré plusieurs institutions de « socialisation », en particulier les Sociétés disciplinaires, qui sont à la source des revues scientifiques et des congrès internationaux, deux instances cruciales pour l’internationalisation tout au long du siècle. C’est également le siècle des débats sur le caractère international des savoirs, dans des lieux privilégiés comme l’UNESCO. Mais les échanges ne peuvent être réduits à ces rapports formalisés, et les chercheurs latino-américains –notamment les élites- développent des stratégies diverses pour s’insérer dans les tissus de plus en plus complexes et de plusieurs « mondes » qui semblent fonctionner, tant en parallèle, que superposés.

Quatre axes/questions organiseront cette séance :

  1. La nature des institutions scientifiques : transfert des modèles institutionnels, hybridation des modèles locaux/internationaux ou recherche des chemins originaux ? quelles influences dominent ?
  1. Développement de nouveaux domaines scientifiques « professionnalisés » dans l’étude de la nature : création des traditions « nationales » ? diversité des modèles selon les pays ? quel rôle pour les savants ? quels rapports avec l’usage social des connaissances ?
  1. L’internationalisation à l’âge d’internet : nouvelle division internationale du travail scientifique ou (« vino viejo en barricas nuevas ») ? ; de nouveaux rapports « sciences-techniques-sociétés ? vers un renversement de la fuite des cerveaux ? quelles sont les conséquences de l’ERA (et l’espace américain) pour la recherche latino-américaine ?
  1. Problèmes globaux, solutions globales, recherche globale ? Modes de régulation et participation des citoyens dans les nouveaux enjeux et controverses (changement climatique, biodiversité, nouvelles énergies, etc.)

 

Séance 3

Vendredi 11mai, (14h-18h)

«Géopolitique des savoirs de la nature :

nouvelles réalités, approches, nouvelles controverses »

Vers la fin du XXème et le début du XXIème siècle nous assistons à plusieurs transformations des rapports sciences-technologies et sociétés. On peut constater un certain éclatement des disciplines traditionnelles et l’émergence des nouveaux domaines (comme les  nanosciences et nanotechnologies, les sciences de l’environnement) ; une re-localisation de la recherche industrielle qui entraîne le transfert d’une partie des activités de R&D aux universités, de nouvelles formes socio-politiques d’intervention sur le développement technoscientifique, une reconfiguration des espaces de production des savoirs, l’émergence de nouveaux groupes et institutions, changement radical des activités de R&D dans certains pays, etc.

Dans ce contexte, il convient de se poser également la question sur les nouvelles façons d’analyser les rapports centres-périphéries dans la production et usage des connaissances, en particulier dans les pays « non hégémoniques » ayant une forte tradition de recherche, dont les grands pays de l’Amérique Latine (Argentine, Brésil, Mexique et, dans un second groupe, Chili, Colombie, Venezuela, Uruguay).

Plusieurs questions se posent alors quant à la complexité de ces rapports aujourd’hui et sur leur devenir

–          Changement de la carte mondiale de la recherche –avec émergence de la Chine et l’Inde- ou renforcement des vieilles hégémonies ? Quel place pour la recherche dans les pays les plus « avancés » de l’Amérique Latine ?

–         Quels enjeux pour une participation démocratique dans la production et usage des technosciences ? Quels rapports entre démocratie, développement économique et savoirs ?

–         Vers un dépassement des « centres » et des « périphéries » ?

–       Il y a-t-il encore une place pour les politiques nationales de S&T&I ? Est-elle semblable pour tous les pays ? Quelles seraient les conditions (et les avantages) ?

– Quel rôle imaginer pour les Centres publics de recherche : producteurs des savoirs stratégiques ?, fournisseurs pour les entreprises ? formation des jeunes chercheurs ? fusion avec d’autres institutions, notamment universitaires ?


[2] http://www.iheal.univ-paris3.fr/spip.php?rubrique576

Agriculteurs, terres et semences dans la globalisation

  • Organisé par Birgit Müller, chargée de recherche au CNRS

1er et 3e lundis du mois de 11 h à 13 h (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 16 janvier 2012 au 18 juin 2012. Séance extraordinaire le 7 novembre, de 10 h à 12 h, salle 587, 5e étage, bât. Le France 75013 Paris. Séance supplémentaire le 23 janvier (même heure, salle 10, 105 bd Raspail). Pas de séance le 20 février. La séance du 4 juin est reportée au 11 juin de 10 h à 13 h (salle 3, 105 bd Raspail). La séance du 18 juin est reportée au 25 juin, même salle

À l’aube du XXIe siècle, terres et semences, deviennent des marchandises échangées à l’échelle mondiale, dont la production et la régulation sont affectées par des politiques agraires aussi bien nationales que mondiales. Dans le même temps leur condition physique et leur matérialité constituent la base de toute pratique agricole et deviennent des enjeux de mobilisation politique dans un monde, qui se sent menacé par le changement climatique et le spectre de la faim. Ce séminaire s’intéressera aux visions du monde et du futur qui sous-tendent les pratiques quotidiennes de production agricole.
Il se penche autant sur les processus de standardisation et d’homogénéisation des pratiques de production que sur la différenciation des choix agricoles et sur les initiatives de valorisation et de réinvention du local, considérées comme un autre symptôme paradoxal de la globalisation. On s’intéressera autant aux dispositifs de marchandisation de l’agriculture et de l’alimentation (brevets sur les semences, accaparement des terres…), qu’aux mobilisations sociales et politiques, et aux filières de production et de commercialisation alternatives (circuits courts, luttes paysannes) qu’ils font émerger.
La réflexion théorique portera sur le rapport entre perceptions sensorielles, pratiques et visions du monde, en interrogeant l’impact des formes de commercialisation et de régulation, les configurations de mobilisation et de participation politique tout comme la vie des idées et des pratiques au quotidien. Les concepts émergeants de l’anthropologie de l’environnement seront alors enrichis par les débats qui dominent l’anthropologie politique et économique aujourd’hui.

Lundi 7 novembre 2011, de 10 h à 12 h (salle 587, 5e étage, noyau B, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris) : Tania Murray Li nous présentera ses recherches en cours. Le papier est en anglais et la discussion se déroulera en français

From mixed farms to industrial mono-crops : how palm oil and cacao are transforming landscapes, livelihoods and identities of agrarian populations in Southeast Asia.

The received knowledge about peasants insists that sustaining ecologically-stable mixed farms with an emphasis on food for local consumption is the most appropriate way to live. This is the form of production advocated by La Via Campesina and the global peasant movement. Yet across Southeast Asia former-peasant farmers are abandoning their mixed farms in favour of industrial mono-crops such as cacao and oil palm. Oil palm now covers millions of hectares in the region, and far from rejecting the crop, a great many smallholders are embracing it – especially if given the chance for a decent contract with the large plantation corporations. This paper will describe the transformations associated with crop-booms, and show that they are far deeper than simply a change in land use: they reshape landscapes, property regimes, and the identities of agrarian populations.

Tania Murray Li, professeure et titulaire de la chaire canadienne de la recherche au département d’anthropologie de l’université de Toronto, a écrit sur l’émergence du mouvement des peuples indigènes de l’Indonésie, sur la réforme agraire, la formation des classes en milieu rural, des luttes autour des forêts et la conservation, la gestion des ressources communautaires et le déplacement forcé des populations. Elle a récemment publié The Will to Improve : Governmentality, Development, and the Practice of Politics(Duke University Press, 2007) et en 2011 Powers of Exclusion : Land Dilemmas in Southeast Asia.avec D. Hall et P. Hirsch. National University of Singapore Press/University

16 janvier 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) :  Birgit Müller, Agriculteurs, terres et semences dans la globalisation (introduction)

23 janvier 2012 (salle 10 105 bd Raspail) : Marie Phliponeau, De l’ « indigène » au « cotonculteur », la création d’un pays cotonnier en Afrique de l’Ouest (cas du Burkina Faso) Le coton est au coeur des sociétés d’Afrique de l’Ouest depuis 10 siècles mais sa place et sa nature ont été profondément modifiées à la période coloniale transformant radicalement les rapports des paysans à leur terre, à leur territoire, à l’univers culturel et identitaire lié au coton.

6 février 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Jean Foyer, Conserver les mais locaux au Mexique: des banques de gènes aux fêtes populaires En centrant sur la question de la coévolution entre le maïs et la société mexicaine (avec une interrogation sur le statut d’acteur) et les différents statuts alloués au maïs selon le type d’acteur (agriculteur, paysan indigène, paysan indigène, différentes communauté scientifiques…)

5 mars 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) :
Christophe Bonneuil, Entre diversité bio-culturelle et réductionnisme moléculaire: la controverse sur la présence de transgènes dans les maïs mexicains.
Birgit Müller, Échappement de gènes et propriété intellectuelle : le colza au Canada

19 mars 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) :
Frédérique Jankowski (mars/avril) Les sols agraires sont-ils vulnérables au changement climatique ? Concertation et définitions de la vulnérabilité des sols au Sénégal.
Birgit Müller
Qu’est-ce que un sol vulnérable? Classification des sols et enjeux du développement au Nicaragua

2 avril 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Ingrid Hall, Pommes de terre « natives » et conservation in-situ au Pérou. Quelle place pour les paysans ?
(Exposer les modalités de constitution de des collections nationales et internationales puis de les mettre en perspective avec les pratiques des paysans.)

7 mai 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Élise Demeulenaere, Mouvement semences paysannes

21 mai 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Fréderic Thomas, Transcription du droit international de la PI sur les variétés des plantes cultivées en droit national : l’exemple du Vietnam

11 juin 2012 (de 11 h à 14 h, salle 9, 105 bd Raspail) :
Cindy Adolphe, Cafés et caféiers chez les Gedeo (Ethiopie), de l’arbre de l’envahisseur à la valorisation du patrimoine
Valeria Sinsicalchi, Le Mouvement Slow Food

25 juin 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Michel Streith et Birgit Müller, Agriculture paysanne et recomposition des enjeux alimentaires

 

Mots-clés : Anthropologie, Biologie et société, Développement durable, Environnement, Politique, Rurales (études),

Aires culturelles : Amérique du Nord, Amérique du Sud, Contemporain (anthropologie du, monde),Transnational/transfrontières,

Centre : IIAC-LAIOS – Laboratoire d’anthropologie des institutions et organisations sociales

Renseignements : Lydie Pavilli-Baladine, IIAC-LAIOS, EHESS 190 ave de France 75013 Paris, tél. : 01 49 54 21 98, courriel : Lydie.Pavili-Baladine(at)ehess.fr.

Site web : http://www.iiac.cnrs.fr/laios/spip.php?article206

Adresse(s) électronique(s) de contact : bmuller(at)msh-paris.fr

International Circulation of Knowledge Academic & Scientific Issues for Developing Countries

Circulación Internacional de Conocimientos

Cuestiones académicas y científicas en los países en desarrollo

INTERNATIONAL CONFERENCE
MEXICO CITY, October 9-11, 2012

ORGANISED BY IRD (Institut de Recherche pour le Développement, France), CINVESTAV (Centro de Investigación y de Estudios Avanzados del Instituto Politécnico Nacional / Departamento de Investigaciones Educativas, México), UNAM-IISUE (Universidad Nacional Autónoma de México / Instituto de Investigaciones Sobre la Universidad y la Educación, México) and Universidad de Panama, con el apoyo del programa OBSMAC del IESALC/UNESCO.

Working languages: Spanish, French, English

THEMES
– The circulation of the knowledges within the framework of academic mobilities;
– The virtual mobilities: on-line collaborations, sharing of knowledge within teams and virtual laboratorios;
– Economical, Political & Historical perspective of international circulation of knowledge.
– Scientific relations between Europe and Latin America

http://isavoirs.free.fr/wikini/wakka.php?wiki=PagePrincipale

 

Manuela Carneiro Da Cunha au Collège de France

Manuela Carneiro da Cunha a fait des études de Mathématiques à la Faculté des Sciences de Paris, avant de s’orienter vers l’anthropologie dans le séminaire de Claude Lévi-Strauss. Rentrée au Brésil, elle a été successivement professeur d’anthropologie à l’Université de Campinas et à l’Université de São Paulo. En 1994, elle est nommée professeur à l’Université de Chicago, où elle enseigne jusqu’en 2009. Ses travaux portent sur l’ethnologie amazonienne, sur l’identité ethnique, sur l’histoire des indiens et des lois de l’état brésilien envers les populations indiennes ; enfin, sur les savoirs traditionnels et sur les droits intellectuels qui leur sont associés. Depuis 1978, elle a pris une part active dans la défense des droits des populations traditionnelles. Elle est membre de l’Académie Brésilienne des Sciences et de la Third World Academy of Science, et elle a reçu le prix de la Francophonie de l’Académie Française.

Agenda :

http://www.college-de-france.fr/default/EN/all/carneiro/agenda.jsp

The Struggle For Maize

 

Adding to the fast-growing literature on understanding the
multidimensional nature of commodities and crops is this welcome
contribution by Dalhousie University anthropologist Elizabeth
Fitting. _The Struggle for Maize_ is a deeply researched work, both
on broad transnational and local levels, that seeks to show « a few of
the ways that corn–as both a food and a crop–is fraught with
multiple layers of meaning, and how it has been portrayed by state
policy, bureaucrats, activists, academics, and local actors » (p.
232). More specifically, Fitting focuses on the three main elements
of central Mexican production: water, labor, and corn itself, and how
those work together, or have been affected by, the « neoliberal corn
regime » (p. 4). Thus, _The Struggle for Maize_ reveals and studies
the tension between small-scale agricultural producers, and their
uncertainties in trying to survive, and the larger globalized corn
markets and commodities regimes that have intensified pressures to
change under the North American Free Trade Agreement (NAFTA) and
other neoliberal economic policies. A huge dimension of those changes
has been the introduction from abroad of genetically modified (GMO)
maize varieties that have not only polluted the gene pool in the very
place where corn developed centuries ago, but that have also wreaked
havoc with local production and consumption patterns in Mexico.
Fitting’s goal, then, for such a project as this was not only to
provide the background and larger story to this whole scenario, but
also to provide a case study of how the changes have affected one
local area in south central Mexico, the Tehuecán Valley in the state
of Puebla, and specifically the village of San José Miahuatlán
there.

Anthropologists, sociologists, and geographers will perhaps find this
case study more useful than historians and political scientists, who
will value more from the broader analyses of the neoliberal changes
associated with maize in Mexico. The author lived in San José
Miahuatlán for a significant period of time, conducting interviews
and placing the neoliberal changes in a very local perspective.
Fitting’s style is also more reflective of anthropologists’ and
sociologists’: social science formatting with parenthetical
citations, and heavy use of jargony buzz terms (this reviewer noticed
an almost endless string of terms like « market liberalization, »
« agricultural efficiency, » « politics of food, » « food regimes, » and
« food sovereignty »–not that any of those are not important for
readers to be aware of, they are; they were just overused in the
narrative). Some of the chapters were also too long and repetitive,
causing one to wonder about the editorial skills at Duke University
Press.

These style points, while unfortunately making the book less readable
and marketable to a wider audience than it could have been, however,
should not distract too heavily from its important content and
messages. There is exceptionally useful data and analysis here on the
national and local impact of GMO corn, there are chapters about how
neoliberal economic policies have accelerated Mexican immigration to
the United States (something that policymakers who support NAFTA but
then complain about the problem of « illegal » aliens and vote for
things like border walls should be far more aware of!), and analysis
of agricultural modernization and its impacts on rural communities.
Along the way, Fitting touches on the role of _maquiladora_
industries in Mexico and how they have been an option for rural women
seeking work in areas negatively impacted by the force of imported
(often GMO) corn that has replaced local agriculture. She briefly,
but importantly, discusses some of the environmental results of corn
monoculture (reduction of intercropping, dependence on chemicals,
salinization from increased irrigation, etc.). And she frames all of
this material with an analysis of globalization, the transnational
nature of « the neoliberal corn regime. »

All of this is important for scholars of Mexican agriculture,
environment, economics, and society, as well as for those interested
in the transnational connections and impacts of neoliberalism.
Fitting’s conclusions from her research are well told in the final
chapter, and she does not back away from enumerating the harms of
NAFTA that she has observed and documented. To her credit, she takes
an important stand based on what the book shows are the social and
agricultural ills of GMO corn imports into Mexico. But this scenario
does not cast the _campesinos_ of the Tehuecán Valley as total
victims in a larger world plot nor does it glorify an « Indian way »
versus contemporary times. Fitting eschews « peasant
essentialism »–romanticizing peasants’ and indigenous peoples’
« cultural alterity, or overemphasizing the similarity of experiences
across time and space » (pp. 233-234). Instead, _The Struggle for
Maize_ deals with the resilience of corn as a crop and commodity
_and_ as a cultural practice, despite the challenges presented by a
globalized economy that has introduced GMO corn varieties into
Mexico. Depending on one’s point of view, GMO may have accrued some
economic benefits here and there in the country (but certainly not in
San José Miahuatlán), but the agricultural, social, and
environmental harms it has presented, Fitting argues, outweigh those
benefits. And her book is successful in showing that, and thus is an
important contribution to that ongoing debate.

Citation: Sterling Evans. Review of Fitting, Elizabeth M., _The
Struggle for Maize: Campesinos, Workers, and Transgenic Corn in the
Mexican Countryside_. H-Environment, H-Net Reviews. August, 2011.
URL: https://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=32442

13 th congress of the international society of ethnobiology – Section 24 Historical and contemporary changes in importance of food plant use

to Montpellier (France), 20-25 May 2012

http://congress-ise2012.agropolis.fr/ftpheb.agropolis.fr/en/Home.html

 

Session 24 :  Historical and contemporary changes in importance of food plant use

 

Abstract

Why is a particular plant used as food or not is not such a simple question. Food plants are not selected just because they are edible. Plant use is embedded in the tangled web of nutrition, taste, classification of living objects, gathering/cultivating and processing techniques, use of labor, market price, ritual and symbolical values, worldview, and so on. In this session, we are interested in changes in the use and importance of food plants in various ecological and cultural backgrounds. We try to focus, on one hand, on historical changes in the use of some food plants as suggested by archaeological and other records, and on the other hand, on rather recent changes happening with modernisation, which are still traceable through oral information, and are often coupled with changes in the related social and agroecological systems. Some plants which play a minor role in present diet and agroecosystems may have been more important in the past. We therefore intend to explore the present and past management, use and processing of such plants to understand what were their benefits in the past, how and why they were left aside, and possibly, if they still have a potential for the future.  In the case of the recent changes, we wish to examine the multi-dimensional meanings of local agricultural systems, the relations between people and specific cultivated or semi-domesticated plant species, the link between plant use and social rules and the dynamics of human-plant relationships in the context of changes in the land use, in particular expansion of agriculture, often opposed to growing pressures from nature conservationnists.

Key questions addressed to participants: What part do the studied plants play in the present diet and agroecosystems? How are they collected/cultivated? How are they processed and consumed? How important are they today in the studied society? How are they viewed by outsiders? Are they ignored or do they play a different part? What part did they play in the past? How long ago? Which method allowed you to collect this data? Do you have material proofs or hypothesis? Do these plants still have a potential for the future? What are the advantages? What are the constraints?

 

Co-chairs :

Esther Katz

IRD (Institut de Recherche pour le Développement)
CP 7091 – Lago Sul
71635-971 Brasília (DF) , BRASIL

katz@mnhn.frEsther.Katz@ird.fr

Gen Yamakoshi

Graduate School of Asian and African Area Studies, Kyoto University
46 Yoshida-Shimoadachi-cho, Sakyo, Kyoto, 606-8501, JAPAN

yamakoshi@jambo.africa.kyoto-u.ac.jp

 

Cesar Carrillo Trueba

Facultad de Ciencias, Universidad Nacional Autónoma de México
Av. Universidad 3000, Circuito Exterior S/N
Delegación Coyoacán, C.P. 04510
Ciudad Universitaria
México D.F.,
MEXICO

cesart9@gmail.com

Séminaire gouverner le vivant – Savoirs, Cultures et Politiques de la Biodiversité

Séminaire de recherche proposé par Valérie Boisvert (UR 199, IRD), Christophe Bonneuil (Centre A. Koyré, CNRS-Ehess- MNHN), Elise Demeulenaere (Eco-anthropologie & Ethnobiologie, CNRS-MNHN-Paris 7, associée à l’ISCC), Jean Foyer (ISCC, CNRS) et Frédéric Thomas (PALOC, IRD-MNHN)

Ce séminaire interdisciplinaire explore la diversité des dispositifs que mettent en place les sociétés
humaines pour gouverner le vivant, du gène à la biosphère. La biodiversité, comme façon de définir le
bon usage de la nature, est tout à la fois objet de savoirs et de pouvoir, dans des contextes culturels qui
déterminent en partie les représentations qui y sont associées. L’intérêt de ce séminaire est d’éclairer
l’objet biodiversité depuis les perspectives de disciplines différentes, de l’histoire et l’épistémologie
des sciences à l’économie, en passant par l’anthropologie, la sociologie et les sciences politiques. On
s’intéressera aux façons de se représenter, de connaître et de manipuler le vivant, aux dynamiques de
socialisation et de politisation de la biodiversité, ainsi qu’aux rapports complexes que celle-ci
entretient avec l’économie de marché.
Cette année, nous porterons une attention particulière aux évolutions de la gouvernance mondiale de
l’environnement (Sommet de la Terre Rio+20, rôle des acteurs industriels, ethnographie des
négociations globales, devenir des savoirs traditionnels suite au Protocole de Nagoya…), aux
différents instruments de marché pour gouverner la biodiversité (Droit de Propriété Intellectuels,
Paiement pour Services environnementaux, économie verte, …), ou encore aux expressions localisées
de cette gouvernance (articulation avec les savoirs locaux, mobilisation par les acteurs locaux de la
diversité bio-culturelle). Ce séminaire espère devenir un lieu de rapprochement entre les communautés
des sciences sociales et des sciences de la vie sur la gestion de la biodiversité, et un lieu de réflexivité
sur la place des savoirs dans celle-ci.

ProgrammeGouvernerlevivant_2011-2012-semestre1

La gouvernance à l’épreuve des enjeux environnementaux et des exigences démocratiques

 

 

 

 

 

 

Ce hors-série de VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, intitulé La gouvernance à l’épreuve des enjeux environnementaux et des exigences démocratiques, fait suite à un colloque organisé par la revue les 14 et 15 mai 2009. Ce colloque a rassemblé plus d’une cinquantaine de chercheurs-es et de professionnels-les s’intéressant aux questions de gouvernance environnementale à différentes échelles (locale, régionale, nationale, internationale et mondiale). Les nombreux textes publiés dans le cadre de ce hors-série mettent en perspective la multidisciplinarité et la pluralité des regards dans ce domaine de recherche et d’intervention