Archives de catégorie : Actualités / Novedades / News

Parution d’une newsletter et quelques nouvelles publications

Une newsletter concernant d’actualités en Amérique Latine en relation avec les thèmes de recherche du groupe BEKONAL vient de sortir. Elle est disponible en trois versions anglais, portugais et espagnol.
imagen_newsletter_english imagen_newsletter_espanyol imagen_newsletter_portugues
Des membres du projet viennent également de publier deux articles:
Jankowski: Révue d’Antropologie des connaissances (2014)
Genetic fallout in biocultural landscapes: Molecular imperialism and the politics of (not) seeing transgenes in Mexico | Christophe Bonneuil, Jean Foyer & Brian Wynne: Social Studies of Science (2014)

Nouvelle parution: Histoire de la perspective latino-américaine dans le débat environnementaliste mondial

Fernando Estenssoro Saavedra, chercheur à l’Institut d’Études Avancés de l’Université de Santiago de Chile, vient de publier: Historia del debate ambiental en la política mundial 1945-1992. La perspectiva latinoamericana.

portada

 

Dans cet ouvrage, l’installation de la question environnementale  dans l’agenda politique mondiale est tracée pour mieux comprendre la perspective politique de l’Amérique latine et le Caraïbe. L’auteur défend la thèse selon laquelle, collectivement, l’Amérique Latine ne prend conscience quant à l’enjeu environnemental qu’à partir de la  Conférence des Nations Unies à Stockholm en 1972. Estenssoro analyse les relations de pouvoir dans cette matière et il montre les paradoxes Nord-Sud pour comprendre le phénomène de la crise environnementale globale. Des mythes et des formules à l’emporte pièce du « politiquement correct » et de l’ « environnementalement correct » sont expliqués, en mettant dans son contexte les discours du pouvoir qui entourent ce débat.

——– ————————– ———————————————–


Este libro describe cómo el tema relativo a la cuestión ambiental se instaló en la agenda política mundial hasta llegar a convertirse en uno de los más importantes de la misma y, particularmente, presenta la perspectiva inicial que tuvo América Latina en el debate ambiental. En este sentido, es un análisis descarnado de las relaciones de poder que, sobre este tema, se manifiestan en el sistema internacional, y demuestra la fuerte contradicción Norte-Sur para entender el fenómeno de la crisis ambiental global. Así, desvela mitos y frases comunes “políticamente correctas” o “ambientalmente correctas”, y explica cómo ellas son parte de los discursos de poder que impregnan este debate. Igualmente demuestra lo equivocada que está la común creencia de considerar que el debate político internacional en torno al Medio Ambiente comenzó con la celebración de la Conferencia de las Naciones Unidas sobre el medio Humano, realizada en junio de 1972 en Estocolmo, la capital de Suecia. Por el contrario, la tesis del autor señala que Estocolmo ’72 sólo fue el punto de partida para los países subdesarrollados, en cambio, para el Primer mundo, altamente industrializado y generador de esta crisis ambiental global, fue un punto de llegada de una discusión que, a lo menos, ellos la iniciaron tras el término de la Segunda Guerra Mundial.

 

——— ————————– ———————————————–

In his brilliant new book, Fernando Estenssoro, a researcher at the Institute for Advanced Studies of the University of Santiago de Chile describes the historical pathways and conflicts of power that surrounded the emergence of the environmental question in the political agenda of Latin America and the Caribbean. Myths and expressions of political correctness and environmental correctness are revealed in their historical context.

 

Contact Editorial:  idea@usach.cl 

Numéro spécial sur la biodiversité agricole

La revue Farming Matters vient de publier un numéro spécial sur les pratiques actuelles de la biodiversité en agriculture.

Voici l’argumentaire et le lien vers ce numéro plein de contenus:
<< Agricultural biodiversity plays a huge role in maintaining resilient local economies, balanced diets and balanced ecosystems. The rapid disappearance of agricultural biodiversity and the lack of measures to protect it are therefore great causes of concern. Although mainstream agricultural policies threaten such agricultural biodiversity, in recent years many promising initiatives have been launched around the world that aim to preserve and manage agricultural biodiversity. >>

Accès libre pour la recherche dans la bibliothèque de la CLACSO

Nous participons à la collection virtuelle d’articles en libre accès: Politique, Société et Nature en Amérique Latine et dans les Caraïbes.

Nous avons déjà chargé une série d’articles, parmi lesquelles on trouve:

Prácticas y representaciones sobre uso, manejo y gestión del medio ambiente entre los Ka`apor de la amazonía oriental brasileña

Dynamic processes in the use of natural resources and food systems by indigenous and mestizo communities in Mexico and Brazil

Agro-écologie, gouvernance environnementale et dialogue des savoirs dans l’état de Oaxaca (Mexique)

Conocimiento, poder y alimentación en la mixteca Oaxaqueña: tareas para la gobernanza ambiental

Integrating traditional and scientific knowledge(s) for an equitable and sustainable use of natural resources

et nous continuons à enrichir cet outil avec des références transmises par les membres du groupe!

On peut consulter cette salle de lecture virtuelle ici:
http://www.engov.eu/biblioteca_en.html

—- ——————————
Participamos en la colección virtual de artículos en libre acceso: Politica, Sociedad y Naturaleza en América Latina y el Caribe.

Ya hemos subido una serie de artículos, entre los que se encuentran:

Prácticas y representaciones sobre uso, manejo y gestión del medio ambiente entre los Ka`apor de la amazonía oriental brasileña

Dynamic processes in the use of natural resources and food systems by indigenous and mestizo communities in Mexico and Brazil

Agro-écologie, gouvernance environnementale et dialogue des savoirs dans l’état de Oaxaca (Mexique)

Conocimiento, poder y alimentación en la mixteca Oaxaqueña: tareas para la gobernanza ambiental

Integrating traditional and scientific knowledge(s) for an equitable and sustainable use of natural resources

¡y seguimos enriqueciendo esta biblioteca virtual con trabajos enviados por miembros del grupo!

Esta sala de lectura virtual puede visitarse aquí:
http://www.engov.eu/biblioteca_en.html

École d’été sur la gouvernance des objets de la connaissance

« Think of Climate Change, Wikileaks, nanotechnology, Responsible Innovation, neural implants, Linux, GMOs or the German Energy Transition. But when we think about it, do they actually exist? And if they do what should they be like in the future? What exactly are they? Are they symbols, technical artifacts, discourses, constellations of actors, scientific disputes? Are they political issues, societal problems, human-nonhuman-hybrids, modifiers of existence, problems for governance and regulation? In a way, they are all of these things and less – and probably more.

They are what this Summer School refers to as « knowledge objects ». These objects are peculiar, blurry, constantly unfolding and transforming entities that increasingly challenge contemporary societies and sciences and our understanding of knowledge. The knowledge in knowledge objects is always plural: scientific, public, mundane, interdisciplinary, speculative, uncertain. It is heterogeneously produced about, with, through or in them and contributes to their identification, contestation and transformation... »

Plus d’info sur:
http://www.itas.kit.edu/english/events_2014_summerschool.php

Séminaire sur la patrimonialisation alimentaire au Mexique

Ce Mercredi 12 mars de 10h à 12h


Sarah Bak-Geller

 Acteurs et enjeux dans les politiques de patrimonialisation alimentaire au Mexique

Résumé

En novembre 2010, l’UNESCO a octroyé à la cuisine mexicaine le statut de patrimoine immatériel. Cette reconnaissance consolide l’image d’une culture alimentaire spécifique, dont la singularité se distingue par une étonnante continuité historique qui date de plus de 6000 ans. Un signe positif et conciliateur est ainsi attribué au patrimoine, résultat d’une apparente unité entre les intérêts et les acteurs de la société. Cet exposé problématise la notion de patrimoine alimentaire « mexicain » à partir de l’analyse historique de trois épisodes clés qui ont contribué à la formation de l’idée de cuisine comme élément de cohésion nationale : 1. les récits de cuisine et l’invention des nouvelles formes discursives du passé dans les ouvrages des jésuites criollos du XVIIIe siècle ; 2. la cuisine comme instrument de démarcation géopolitique dans les politiques alimentaires coloniales (1785-1810) ; 3.  la création du mythe de fondation du patrimoine alimentaire « mexicain » par les historiens de la deuxième moitié du XIXe siècle. Ces trois moments permettent d’explorer les conflits d’intérêts entre divers acteurs depuis la fin du XVIIIe siècle dans la constitution d’un « langage patrimonial national ». Ce langage constitue une ressource d’interprétation et de représentation liée à la formation d’une identité nationale, mais aussi un moyen d’organisation et de cohésion sociale employé par les individus et les collectivités qui cherchent à exprimer leur propre situation vis-à-vis de l’État-nation.

Localisation: Muséum National d’Histoire Naturelle (Jardin des Plantes)

Bâtiment de la Baleine (CP27), Salle Claude Hélène

Entrée Rue Cuvier en face de la rue Jussieu

Contourner le restaurant de la Baleine, passer sous le porche après la terrasse du restaurant, puis petit escalier métallique de quelques marches à gauche tout de suite après le passage vouté.

55 Congreso Internacional de Americanistas

Le prochain Congrès International d’Americanistes aura lieu du 12 au 17 juillet 2015 à San Salvador (Salvador).
Le Congrès international des Américanistes, est une société savante scientifique qui réunit les ethnologues, linguistes, géographes, historiens, archéologues et sociologues du monde entier sur le thème de l’Amérique. Le congrès a lieu tous les trois ans depuis 1875.
La date limite pour l’envoie de propositions pour l’organisation de séances et colloques dans le cadre de ce congrès international est le 31 mars 2004. Pour plus d’info visitez le site internet du congrès.
http://www.ica55.ufg.edu.sv/

————— ———————————————-

The next International Congress of Americanists will take place 12-17 July 2015 in San Salvador (El Salvador). Congress members come from a variety of disciplines including anthropology, sociology, history, geography, linguistics, archaelogy, etc. Established in 1875, the congress meets regularly since its inception.
A call for workshops is now open. Deadline for proposals is March 31st 2014.
For more information, go to the website:
http://www.ica55.ufg.edu.sv/
————— ———————————————-

El próximo Congreso Internacional de Americanistas tendrá lugar entre el 12 y el 17 de julio de 2015 en San Salvador (El Salvador).
El Congreso Internacional de Americanistas es una sociedad científica compuesta por miembros de disciplinas distintas entre las que se incluyen la antropología, la historia, la lingǘistica, la arqueología, la sociología, la geografía etc.
El plazo para la proposición de simposios es el 31 de marzo de 2014.
Para más información, se puede visitar la página del congreso:
http://www.ica55.ufg.edu.sv/

 

Primer Congreso Internacional “Los pueblos indígenas de América Latina, siglos XIX-XXI. Avances, perspectivas y retos” Simposio 133. Pueblos indígenas, territorio, recursos naturales y alimentación

CARTEL- PRIMER CONGRESO PUEBLOS INDÍGENAS

CARTEL-PRIMER CONGRESO INTERNACIONAL PUEBLOS INDÍGENAS

Simposio 133. Pueblos indígenas, territorio, recursos naturales y alimentación

Coordinadoras: Esther Katz/Ludivine Eloy, IRD (Institut de Recherche pour le Développement)/ CDS-UnB (Centro de Desenvolvimento Sustentável-Universidade de Brasília)

e-mail: Esther.Katz@ird.fr

Tradicionalmente los pueblos indígenas subsisten del uso del medio ambiente, por medio de la agricultura, la caza, la pesca y la recolección. Pero el territorio que ellos ocupaban en el momento del contacto con los colonizadores es rara vez todavía intacto. Cual es el impacto de la reducción o de la reconfiguración de los territorios sobre las prácticas de uso del medio ambiente y los sistemas alimentarios de los indígenas? Queremos examinar cambios territoriales que hayan ocurrido desde la colonización o más recientemente, que sean espoliación de tierra por hacendados o empresas privadas, conflictos entre comunidades por falta de tierra, reconfiguraciones por degradación ambiental, urbanización, migraciones, ampliación dos medios de comunicación, intervención del Estado, creación de carreteras, de fronteras, de presas, de áreas de conservación, etc. Nos interesa observar los impactos de esas modificaciones sobre el manejo y la diversidad de los recursos naturales y sobre la autosuficiencia alimentaria de los pueblos o comunidades, más y más expuestas a la globalización.
Las primeras reflexiones del grupo de trabajo fueron iniciadas a partir de ejemplos brasileños, pero el simposio está abierto a todos los países.

Fecha: Del 28 al 31 de octubre de 2013.

Sede: Instituto Cultural Oaxaca, Ciudad de Oaxaca, México.

Link:

http://www.congresopueblosindigenas.org/index.php?option=com_content&view=article&id=331:133-pueblos-indigenas-territorio-recursos-naturales-y-alimentacion&catid=96&Itemid=698&lang=es

 

 

 

Séminaire « Analyser la circulation des savoirs : contributions et méthodes » année 2013

 

Séminaire [année 2013]

Argument
Les enjeux de la circulation des savoirs offrent depuis plusieurs années un matériau essentiel à la réflexion de plusieurs sciences humaines et sociales, au premier rang desquelles la sociologie, l’histoire, les sciences politiques ou encore les sciences de l’information et de la communication. Au carrefour de ces disciplines, les études sociales sur les sciences ont documenté de multiples aspects de la circulation comme le rôle des porteurs de savoirs, des objets, des textes ou des normes qui à la fois rendent possible et contraignent la circulation des savoirs. De nombreux travaux ont ainsi contribué à mettre en évidence que les phénomènes de circulation des savoirs sont caractérisés avant tout par l’hétérogénéité des mécanismes qui les composent. En effet, la circulation des savoirs scientifiques et techniques implique de tenir compte à la fois des producteurs de connaissances, des acteurs intermédiaires et des communautés d’accueil, des lieux – dont l’échelle varie -, des médiations diverses comme les écrits, des séances de démonstration, des outils et objets de toutes sortes. Cette hétérogénéité impose l’idée que les circulations des savoirs, loin de constituer des phénomènes indépendants, sont imbriquées dans des phénomènes économiques, sociaux, techniques, sémiotiques dont l’analyse doit rendre compte simultanément.
Dans cette perspective, le séminaire poursuit deux objectifs complémentaires. Le premier est de rassembler des interventions dans lesquelles les phénomènes de circulation des savoirs sont analysés en tenant compte des différentes strates, des différents mécanismes qui les composent et surtout en mettant en évidence la façon dont ils s’articulent (acteurs, textes, dispositifs techniques, etc.) pour en tirer des enseignements méthodologiques et conceptuels. Le second est de rassembler des interventions qui s’intéressent plus particulièrement aux circulations dans une perspective internationale prenant en compte la singularité de la contribution des pays du sud dans la production des connaissances.

Policy Brief Engov 1_ Versión en Español

2013_PolicyBrief1_ES_final

La gobernanza ambiental de actividades extractivas en América Latina y el Caribe: la necesidad de  incluir a las comunidades

Ante el auge de las inversiones en actividades extractivas en América Latina y el Caribe

(ALC), se está generando una creciente preocupación sobre sus consecuencias sociales y

ambientales. Las actividades extractivas, incluyendo la minería metalífera, la extracción de

hidrocarburos y la biomasa, se están expandiendo y trasladando hacia nuevas y remotas

áreas, a menudo habitadas por comunidades indígenas y campesinas. Estas actividades

tienen profundas consecuencias. Por un lado, generan desarrollo económico, puestos de

trabajo e infraestructuras, así como ingresos para los gobiernos, que son parcialmente

orientados a financiar programas sociales. Por otro lado, estos proyectos a menudo dañan la

naturaleza y los medios de vida locales, consumen grandes cantidades de energía y agua, y

producen grandes cantidades de residuos. Muchas comunidades reclaman que sus

necesidades e inquietudes sobre los impactos negativos de las actividades extractivas no

son suficientemente tomadas en cuenta, por lo que se incrementa la resistencia local. Los

marcos regulatorios e institucionales existentes, incluyendo los mecanismos de consulta, no

resultan adecuados para prevenir y solucionar estos problemas.

News Letter Engov 3_English Version

ENGOV_Boletin_3 EN

Project meeting in Brasilia at the Center of Sustainable Development

From 13 to 16 June, around 25 researchers met in Brasilia to discuss ongoing

research of the eight thematic groups of ENGOV. After the writing of the Analytical

Framework Reports, which can be found at the ENGOV website (www.engov.eu),

a range of case-studies have been initiated…

 

Nature / culture : présupposés historiques et épistémologiques

Nature / culture : présupposés historiques et épistémologiques

Texte de Claire Grino. issu de : http://ciera.hypotheses.org/244

Manifestation : Nature / culture, aller et retour [1]

Date : 6 au 10 septembre 2012

Lieu : Moulin d’Andé

Retour sur la perspective épistémologique

De manière très générale, et pour reprendre le titre de la première conférence, «Nature / Culture: dualisme conceptuel ou ontologique ? »((1 [2])) , il nous a semblé intéressant d’aborder le dualisme nature – culture, objet premier de notre séminaire, par les deux voies mentionnées dans le titre, conceptuelle et ontologique. Mettre les choses au clair à ce niveau, même de manière bien évidemment schématique, nous apparaît nécessaire afin de poser certains repères pour des débats ultérieurs et mieux comprendre les positions des un.e.s et des autres, ainsi que les enjeux à la fois ontologiques et épistémologiques que les différentes perspectives naturalistes ou culturalistes((2 [3])) , dans leur variété, véhiculent.

  [4]

 

Au plan ontologique, c’est-à-dire en ce qui concerne la constitution du monde et les êtres qui le composent, le dualisme nature – culture renvoie à une distinction entre deux domaines de réalité avec d’un côté des choses qui semblent être indépendantes de toute intervention humaine et ne devoir leur existence qu’à elles-mêmes, plus précisément à la force de génération de la Nature des Anciens (ou aux lois de la nature des Modernes), une nature qui se reproduit par elle-même et assure la constitution du cosmos ou de l’univers. On range dans cette catégorie, par exemple, le système solaire, la pluie, les rivières, les os. En rupture avec ce premier registre, le monde comprend également des êtres qui sont le résultat de l’activité humaine, qui dérivent d’un processus historique et culturel, comme par exemple les autoroutes, le Moulin d’Andé, et aussi les institutions ainsi que les représentations ou idées, comme une pièce de théâtre, un fantasme. Se différencient ainsi d’un côté les êtres naturels qui sont donnés et correspondent à un domaine qui existe en soi, qui se présente comme régulier, dont les phénomènes sont reproductibles et sont générés par des causes (l’ordre rationnel du cosmos, les lois de la nature), des êtres culturels qui, d’un autre côté, sont institués, et en tant que tels forment un domaine au sein du réel de choses qui n’existent que d’avoir été produites par l’agir humain, et donc par la médiation de la conscience. Ces dernières entités existent par conséquent pour soi, et échappent dès lors aux pures déterminations naturelles au profit d’une ouverture ou d’une participation à la liberté et à la logique des raisons. Bref, tous les objets du monde ne partagent pas le même mode d’être : tel est le sens ontologique du dualisme.

  [5]

En vertu de l’hétérogénéité des « modes d’être des choses à connaître »((3 [6])) , répartie en deux groupes, deux modes de connaissances distincts ont été dégagés et distingués : on ne connaît pas la « colère » de l’Etna qui mène à une éruption volcanique comme on connaît la colère d’un peuple qui mène à la révolution ! Les régularités causales exigent des approches et des méthodes d’investigation qui ne peuvent être transposées à l’étude des singularités, des raisons, des intentions, et vice versa. À chaque type de phénomène sa science. Le dualisme conceptuel ou épistémologique dérive du dualisme ontologique.

Au regard de cette cartographie du savoir qui repose sur une corrélation entre deux modes de connaissances (des objets à connaître) et deux modes d’être (des objets à connaître), les critiques contemporaines, à l’encontre du dualisme qui structure cette conception des sciences et des êtres, ont été vigoureuses. Deux raisons principales, ou importantes, motivent ce rejet – et par conséquent l’intérêt de revenir pour nous sur ce découpage du savoir et du monde, en somme l’intérêt du séminaire ! Avant de les présenter, ajoutons ceci. Même si nous n’aurons pas vraiment le temps ici d’en examiner les résultats, il est intéressant de mesurer les thèses antidualistes à l’aune du programme qu’elles se sont donné à elles-mêmes, c’est-à-dire des réaménagements qu’elles impliquent aux deux plans mentionnés : ontologique et épistémologique. Au-delà de la fraîcheur et de l’originalité que certaines critiques apportent, ou au-delà, à l’inverse, des aspects sombres, rebutants ou jargonneux de certaines de leurs hypothèses, observer ce qui en découle à ces deux niveaux peut s’avérer surprenant. Cela peut aussi parfois être décevant, et contribuer, finalement, à la répétition de positions antérieures ou à la reconduction déguisée du dualisme.

Une première mise en cause massive du dualisme nature – culture, et sans doute la plus en vogue, relève de l’épistémologie et questionne la pertinence d’une distinction entre deux modes de connaissance. L’argument consiste à avancer l’idée qu’indépendamment de la nature de l’objet à connaître, qu’il s’agisse du flux de la circulation automobile ou du flux des marées, nous n’avons jamais un accès direct aux choses, nous n’atteignons jamais les choses en soi mais nous rapportons toujours à ces dernières par l’intermédiaire du langage, des symboles, des représentations, du contexte social et culturel d’une époque donnée. Nous percevons « simplement » des phénomènes, les choses telles qu’elles nous apparaissent. Dès lors, il faut relativiser l’ensemble de nos savoirs, quels que soit la « solidité » ou les caractères de leur objet.

Les sciences de la nature, comme les sciences de l’esprit, ne manient en effet, poursuit le raisonnement, jamais que des représentations culturelles : nous croyons percevoir des éléments naturels, nous évoluons pourtant dans, et en restons à, des éléments de culture. Le concept biologique de sexe, par exemple, a une histoire. Il n’a pas toujours existé((4 [7])). Ses différentes définitions nous informent davantage sur la vision des relations entre les sexes que portent les sociétés qui les produisent, que sur le fonctionnement organique d’une chose en soi que serait un « sexe ». Nous sommes, en tant que sujets connaissant, prisonniers d’un solipsisme humaniste qui nous réduit à tourner en rond au sein d’une cage des représentations indémontable, y compris là où nous pensions pouvoir y échapper et saisir la « nature » dans sa constitution propre.

Or si les sciences sociales ont largement réfléchi sur leurs propres conditions de connaissance et leurs limites inhérentes, ce n’est pas le cas des sciences « dures » qui jouissent d’un privilège de sciences exactes et du poids politique afférent. La critique se doit par conséquent de prendre en charge cette question et d’analyser les sciences à partir de leurs rituels, leurs modes de fonctionnement, les intérêts qu’elles servent et leur qualité de pratique humaine qui ne leur permet ni d’observer ni de délivrer « la vérité », ou les choses telles qu’elles sont en elles-mêmes. À ce titre, les sciences naturelles ne sont qu’une culture comme une autre. À la limite, puisque les énoncés (y compris scientifiques) sont ramenés à l’univers symbolique duquel ils procèdent (selon une inspiration structuraliste), et non à l’épreuve du réel, la culture scientifique exprime en fait une vision du monde particulière, rien de plus.

Cette veine culturaliste d’une critique de la science, qu’on qualifie aussi parfois d’antinaturaliste, de constructiviste radicale, émerge dans les années 60 à la faveur des mouvements d’indépendance et dans le sillon de la décolonisation. La science, et son avatar, la technique moderne, sont perçues comme de puissants outils du néocolonialisme, exportant une vision du monde particulière, des institutions et des contrats qui détruisent les structures indigènes. La critique est donc avant tout politique, et se concentre sur les valeurs phares des Lumières, non seulement décevantes mais identifiées comme l’arme des conquérants, telles que les Droits de l’homme, l’individualisme, l’idée de sujet autonome et rationnel, la notion de progrès scientifique, technique et social. C’est au nom des faits (de l’histoire) que ces principes sont rejetés puisque loin d’avoir contribué à la justice et à l’égalité, ils ont au contraire servi à la constitution des empires occidentaux et l’asservissement de nombreux peuples. L’universel, valeur cardinale de cette vision du monde, est récusé en bloc, y compris au titre de critère transcendant. Il est démasqué comme supercherie qui sert toujours d’abord des intérêts particuliers. Et la science n’échappe pas à ces critiques : elle qui prétend, du moins du côté des sciences de la nature, apporter des jugements nécessaires et universels, doit être rapportée aux facteurs particuliers et contingents qui la structurent. De ce point de vue la science ne peut être dégagée de son ancrage historique et elle ne saurait se prévaloir du statut d’universalité. Elle est simplement l’approche qui a réussi à s’imposer. La mise à l’écart des savoirs mineurs (savoirs des autochtones, des femmes, etc…) n’est pas une affaire de vérité, mais de rapports de pouvoir.

Cette perspective, bien évidemment très diverse mais dont on a tiré brièvement quelques traits saillants, s’est exacerbée en gros jusque dans les années 90 et peut-être 2000. C’est dans ce sillage qu’on retrouve, entre autres, l’émergence des Cultural Studies, des critiques sociologiques, anthropologiques ou féministes des sciences et des techniques (un renouveau de l’épistémologie dont participe Latour, Haraway), certaines perspectives des Postcolonial Studies, certaines théories féministes, le regain d’intérêt aux Etats-Unis pour Foucault et Derrida, les thèses de Judith Butler, et citons en amont le structuralisme, la psychanalyse et le tournant linguistique.

À l’égard de ce premier ensemble de critiques, qui interpelle les modes de connaissance, nous ferons deux remarques rapides, et d’ailleurs connues, voire d’usage.

La première concerne la question du dépassement du dualisme, profondément décrié pour son ethnocentrisme et ses conséquences politiques par ces approches, qui en ont souvent fait leur cheval de bataille. Mais ce genre de perspective constructiviste radicale, qui nie la possibilité d’une expérience directe de la nature et insiste sur l’emprise du symbolique dans nos interactions avec l’environnement naturel, suppose un autre type de dualisme : celui qui pose une frontière infranchissable entre le sujet et l’objet. Ce qui veut dire, par exemple, que quelle que soit la manière avec laquelle les peuples qui ne partagent pas notre « cosmologie naturaliste », pour reprendre les termes de Descola, divisent les constituants du monde – réunissant des intériorités que nous séparons ou distinguant des physicalités que nous rapprochons – ils n’entrent pas plus que nous en contact immédiat avec les choses en soi. La lourde charge portée contre la science moderne n’autorise donc pas une requalification des savoirs mineurs à partir du critère d’une affinité plus grande avec la nature (les autochtones ne sont pas plus proches de la nature que les colons occidentaux). En ce sens, et malgré la reconduction d’une forme de dualisme, contraire à la visée initiale de cet ensemble de projets, la substitution du couple sujet – objet au couple nature – culture est sans doute une des forces de cette position.

Par ailleurs, ces approches risquent une position idéaliste, parce qu’elles attribuent au langage une puissance démiurgique. Notre rapport au monde, notre être au monde, s’épuiserait au final dans un ordre symbolique. En réponse à cela, la critique de la dichotomie nature – culture peut également être menée à partir d’une posture réaliste et moniste, qui procède d’un examen des choses.

  [8]

À l’encontre des objections précédentes, qui visent le dualisme méthodologique et recommandent, plutôt que deux approches distinctes,une attention commune aux représentations et à leurs usages, leurs conséquences, leur pouvoir de sédimentation des matérialités, leur pouvoir de normalisation des comportements, etc…, le partage nature – culture peut aussi être questionné eu égard aux choses. La distinction entre des objets naturels et des objets culturels possède-t-elle aujourd’hui encore un sens ? Les pluies sont naturelles, certes, mais la croissance du nombre de tsunamis ? Le Moulin d’Andé doit son existence aux humains bien sûr, mais ne dépend-t-elle pas également de la présence de la Seine ? Loin de la thématique de la construction, qui renvoie à celle de la représentation, c’est la vieille distinction aristotélicienne entre le « naturel » et le « fabriqué » qui peut être mobilisée à l’encontre du dualisme. Cette distinction est-t-elle historiquement, aujourd’hui, encore pertinente pour décrire les constituants du monde actuel ? Au plan ontologique, cela est-t-il désormais seulement possible d’isoler une sphère naturelle d’une sphère culturelle ? Notre monde n’est-il pas composé d’êtres hybrides, de sujets-objets, fruits d’une co-évolution culturelle et naturelle ?

Notons que ce sont le souci environnemental et le développement biomédical, qui, ici, distillent le doute et invitent à une révision de la dichotomie, non pas l’effervescence politique de la décolonisation. Il s’agit d’une critique davantage interne qu’externe d’un même état de fait : le mode de vie capitaliste d’origine occidentale et sa propension impérialiste.

Faut-il pour autant conclure à un monisme ontologique généralisé, qui légitimerait la mise à l’écart du dualisme méthodologique ? Oui et non : à la première partie de la question, la réponse est double. Elle est négative dans la mesure où un monisme ontologique aurait quelque chose de naïf, a fortiori aujourd’hui. Il se ferait au prix d’une réduction de tensions productives et d’une simplification pour le moins paradoxale des évènements d’un monde dont la complexité, générée par les processus de modernisation, ne cesse de croître. La reconnaissance de structures d’être diverses, voire multiples (structures physiques, génétiques, informatiques, techniques, juridiques, économiques…) doit, néanmoins, s’accompagner de la prise de conscience du partage d’un monde commun – la réponse est positive dans cette mesure.

Comment comprendre, sinon, que des étrangers puissent communiquer un tant soit peu ? La perspective culturaliste radicale, à la limite, n’a pas de réponse à cette question. Enfermés dans leurs représentations propres, dont on se demande d’ailleurs comment elles peuvent être collectives, les êtres humains ne disposeraient d’aucune ouverture (à la manière des systèmes et des environnements luhmanniens) à aucun type d’altérité (à aucune altérité « naturelle » des choses en soi, par définition, mais à aucune altérité culturelle non plus : le non-déjà connu n’est pas saisissable, la sur-spécialisation rend aveugle). Dans cette optique de prison culturelle, comment, encore, l’enfant peut-il apprendre une langue ? Puisque ce n’est manifestement pas le partage a priori d’une culture qui rend possible une certaine relation entre nouveaux-nés et adultes, c’est donc autre chose. C’est à ce titre qu’intervient l’hypothèse de l’appartenance de tous ces êtres, à un niveau fondamental, à une même réalité. Elle postule l’existence d’une réalité commune (monisme ontologique), bien qu’agencée de manière extrêmement complexe. Ainsi, nous pouvons comprendre qu’entre deux entités, des choses sont possibles à certains niveaux, mais pas à d’autres. Et à l’inverse, cela explique aussi qu’il n’y a pas de mystère dans le fait que nous sommes « ouverts » aux altérités « naturelles » et « culturelles », c’est-à-dire dans le fait que nous vivons dans un environnement dans lequel nous pouvons – encore un peu – respirer, et communiquer, et partager des symboles, etc… Nous appartenons à un même réel et avons co-évolué.

Dès lors, revenons à la deuxième partie de la question posée plus haut : puisque l’argument ontologique ne soutient plus le dualisme méthodologique, faut-il le remplacer, et par quoi ? Si la réalité, quoique très complexe, n’est pas scindée en ordres de réalité distincts mais est une, faut-il viser un seul type d’approche du réel, synthétique et unitaire ?

  [9]

En l’absence de l’hypothèse de Dieu, une telle thèse, celle d’un savoir absolu, n’est pas défendable. Il nous faut plutôt admettre qu’il y aurait une réalité non pas tant hybride que protéiforme, perçue diversement – à partir de points de vue réducteurs et multiples, ni forcément complémentaires ni nécessairement commensurables. En effet, la réalité est proliférante, multiple et complexe, elle se ramifie et se différencie, sans toutefois cesser de participer à un certain tout (on pourrait dire : une certaine solidarité ontologique primordiale)((5[10])), qu’il est dès lors indifférent de qualifier de naturel ou d’artificiel (la formule de Descartes selon laquelle « tout ce qui est artificiel est avec cela naturel((6 [11])) », comme l’exemple de l’avion qui ne défie pas les lois de la nature mais les maîtrise admirablement, penchent vers la première qualification ; l’hypothèse de notre entrée dans une ère anthropocène penche pour sa part vers la seconde). Notons pour corroborer ce point que le processus de différenciation peut s’accomplir par l’intermédiaire des humains (qui ont à l’aune de la modernité commencé par distingué le bien du beau et du juste, et n’ont pas cessé le processus de spécialisation depuis), ou non (tous les êtres vivants contemporains descendent de certaines bactéries communes initiales). Mais quoi qu’il en soit des agents du processus de spécialisation, à cette profusion du réel ne correspond aucun entendement ou aucun corps (connu) capable d’en saisir les moindres détails et d’en former un savoir synthétique. Au contraire, à chacun ses lorgnettes (son appareillage perceptif) et par conséquent son monde. Celui de la tique est composé de trois affects, relate Deleuze((7 [12])). Il n’a rien à voir avec celui des dauphins. Ou des humains. Plongés dans un même réel, ils en auront des perceptions radicalement distinctes. Une seule réalité donne donc lieu à une multiplicité d’approches, à des modes de connaissances extrêmement diversifiés.

Pour autant, l’absence d’une intelligence ou d’une sensibilité transcendante (que nous ne possédons pas) n’implique pas l’impossibilité de dire des choses sur le monde. L’impossibilité pour nous d’une prise de vue synthétique du réel ne ruine pas le projet scientifique de connaissance. Nous pouvons, bien sûr, distinguer des types de perceptions. Certaines se donnent pour singulières (le regard amoureux), d’autres sont communes (le sens commun), d’autres enfin se donnent des méthodes de vérification et ne valent que d’être démontrées et corroborées (la science). La perception amoureuse, le sens commun et l’observation scientifique diffèrent, délivrent des informations sur le monde de nature différente. Nous devons simplement en tirer les conséquences appropriées quant à nos propres possibilités de connaissance : que nous les prenions ou pas, nous sommes dépendants de positions sur le monde, qui sont celles à partir desquelles nous l’observons.

Mais, une fois encore, puisque l’argument ontologique est tombé faute de deux ordres de réalités hétérogènes, et puisque une connaissance relative du monde nous est possible, la distinction non pas entre science et non-science, mais entre deux modes de connaissances scientifiques est-elle justifiable ? Pourquoi n’y en aurait-il pas trois, ou plus ? En fait, quelles implications pour le savoir la prise de conscience que nous ne produisons jamais que des « savoirs situés »((8 [13])), quelles que soient les méthodes d’objectivation retenues, entraîne-t-elle ?

  [14]

En guise de réponse rapide, on peut se référer à l’étymologie du terme « co-naissance » qui veut dire « naître avec » ou « naître ensemble » et mobilise l’idée que sujet et objet sont solidaires, se conditionnent réciproquement, de même qu’un système et son environnement, le corps (Leib) et le monde vécu ( Lebenswelt). La réalité est composée de modes d’être divers qui se rapportent les uns aux autres chacun à leurs manières : l’identification de différentes couches de réalité, de domaines hétérogènes au sein du réel, dépend des relations qui sont nouées avec ce dernier, des observations qui sont faites, des appropriations réalisées. Le monde de la tique n’est pas le même que le nôtre. Mais le sien, comme le nôtre, est dépendant respectivement de la tique et de l’humanité. Il en va de même des objets de connaissance, dont les contours, la teneur, les fonctions sont dépendants des savoirs qui les appréhendent, et par conséquent aussi des diverses caractéristiques collectives (institutionnelles, socio-économique, ethnique, de genre etc…) des sujets de connaissance.Les modes d’être des objets à connaître sont co-constitués par les modes de connaissance. Or, si aucune raison ontologique ne préside à la distinction entre deux approches qui procèdent selon des voies propres, on peut en conclure que les familles scientifiques relèvent simplement de traditions culturelles. En somme, nous avons pris l’habitude de découper la réalité en deux grandes classes d’objet, mais cela tient à notre regard, à notre cosmologie, à notre fond culturel, et non à la réalité. Les familles scientifiques pourraient donc évoluer. De nouveaux regroupements pourraient légitimement prendre la relève.

Ce genre de critique d’ordre ontologique à l’égard de la distinction entre les Geisteswissenschaften et les Naturwissenschaften n’est pas nouvelle. Établie par Dilthey, elle a déjà connu les assauts des néokantiens de Bade, qui rapportaient cette distinction non pas à la constitution du monde, infiniment complexe, mais à notre condition humaine, trop peu outillée. Nous avons besoin de découper la réalité en différents domaines pour pouvoir en saisir quelques bribes. La justification des néokantiens est donc purement pragmatique. Dans cette logique déjà, et indépendamment des transformations du monde opérées par l’humanité, il faudrait dire que la séparation entreGeisteswissenschaften et Naturwissenschaften est artificielle, indépendante d’une quelconque assise ontologique.

La reprise actuelle de cet argumentaire finalement fort ancien appelle une remarque contextuelle. Une fois admis la contingence du découpage des domaines du réel, il reste que la distinction massue entre objets naturels et objets culturels ne fait plus consensus aujourd’hui comme elle le faisait jusqu’à récemment (disons jusque dans les années1960-70). Nous le disions, les préoccupations écologiques et dans une moindre mesure biomédicales ont contribué au réexamen minutieux de cette séparation et son étanchéité a été mise à rude épreuve. Et de fait, il ne reste pas un critère de distinction qui ne puisse être contredit (nature – artifice, inerte – vivant, matière – esprit, humain – machine, …((9 [15]))). Ainsi, ce qui n’était encore envisagé qu’au plan virtuel de la légitimité au début du 20è siècle, à savoir la possibilité d’un recoupement très différent des appréhensions scientifiques du monde, est sans doute en train de devenir réalité. La culture scientifique et le sens commun sont en mutation à cet égard.

Bien sûr, la curiosité vis-à-vis des autres disciplines et les emprunts que les investigations hors frontières entraînent se sont toujours faits et nourrissent chaque discipline en retour. La mécanique newtonienne est le matériau sous-jacent de la Critique de la raison pure de Kant, le concept d’ « information » a connu un sérieux succès transversal dans la seconde moitié du 20è siècle et fécondé plus d’une discipline. Aujourd’hui, dans le même ordre d’idée, il est intéressant de constater que la recherche en génétique évolue vers une relativisation d’un déterminisme causal simple des gènes à travers le concept d’épigénétique, alors qu’à l’inverse, certains voudraient traiter des objets historiques avec davantage de déterminisme (et parlent de gène de la délinquance…). Néanmoins, la prolifération des thèmes de transversalité, transdisciplinarité, interdisciplinarité, pluridisciplinarité témoignent d’un ébranlement contemporain plus profond des repères épistémologiques. L’ouverture et les emprunts se muent même dans certains cas en réductionnisme sauvage et se donnent pour objectif la recherche d’une vision holiste du monde – qui réduirait aussi bien les prises de vue du monde que ses objets ! Tel est pourtant le programme explicite du National Nanoinitiative, projet vertigineux, lancé en 1999 par le gouvernement fédéral des Etats-Unis, qui vise « une analyse causale du monde physique, unifiée depuis l’échelle nano jusqu’à l’échelle planétaire »((10 [16])), ainsi que celui des projets de recherche NBIC (pour nano-bio-info-cogno), qui se proposent de réaliser une convergence des sciences et des technologies, pour, entre autres, améliorer l’humain.

Cette évolution des approches scientifiques, leur réaménagement en cours comme les échanges collaboratifs que l’on peut se souhaiter, peut être envisagée de deux points de vue : du point de vue des pratiques scientifiques dans une perspective socio-anthropologique mesurant les enjeux de pouvoir que charrie le savoir, ou du point de vue des choses, que l’activité humaine a transformées. Quelle que soit l’approche retenue, nul doute que se donner les moyens, lors d’un prochain séminaire du CIERA, d’engager le dialogue avec des chercheurs des sciences de la nature serait des plus profitables.

  1. Conférence de Gérard Lenclud, mardi 6 septembre à 15h, en ouverture de l’axe 1. [ [17]]
  2. J’utiliserai ici naturalisme dans le sens de réalisme et culturaliste dans celui de constructivisme radical. [ [18]]
  3. Je reprends ici les termes de Lenclud, et aussi son exemple très évocateur des deux colères. [ [19]]
  4. Foucault avance qu’avant, à l’époque de la chrétienté, nous avions une chair. Voir Dits et Écrits, texte 181, « L’Occident et la vérité du sexe », Gallimard, Quarto, Paris, 2001, p. 105 et La volonté de savoir, Gallimard, Tel, Paris, 1976, p. 201-208. [ [20]]
  5. Évidemment, l’idée de tout est prémoderne mais elle resurgit dans les débats écologistes et est revisitée par science de l’écologie à travers les idées d’interrelation et de dépendance mutuelle, mises de l’avant dans les concepts d’écosystèmes, de biosphère. [[21]]
  6. « Et il est certain que toutes les règles des mécaniques appartiennent à la physique, en sorte que toutes les choses qui sont artificielles, sont avec cela naturelles. » Descartes, Les principes de la philosophie, quatrième partie, article 403. [ [22]]
  7. Ce sont les affects de la lumière, olfactif et calorifique. Deleuze, Spinoza. Philosophie pratique, Paris, éditions de minuit, 1981, p. 167. [ [23]]
  8. Donna Haraway, « Situated Knowledge : The Science Question in Feminism as a Site of Discourse on the Privilege of Partial Perspective », in Feminist Studies, 14.3, 1988, p. 575-599. Les méthodes visent la suspension du caractère subjectif des observations, mais elles demeurent toujours relatives à une communauté subjective, immanentes au mondes, situées. [ [24]]
  9. Bien qu’il s’agisse sans doute davantage de reconfiguration que de dépassement (si l’on prend le concept de nature par exemple), il reste qu’aucun de ces pôles ne peut plus prétendre aussi simplement qu’auparavant à un sens propre. Prenons l’exemple de la matérialité : les normes la co-constituent ; celui de la résistance de la matière ou des structures du vivant : l’ordre social est souvent plus réfractaire au changement que l’ordre « naturel » ; celui des raisons : elles ont des causes ; celui de la permanence de l’identité des entités substantielles « naturelles » : dans le monde de l’infiniment petit, il n’en va pas ainsi ; celui de l’indépendance de l’objet « naturel » à l’égard des observations : la théorie de la relativité générale l’invalide ; la capacité d’adaptation du vivant : l’intelligence artificielle confond les observateurs … [ [25]]
  10. Voir Bernadette Bensaude-Vincent, Les vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome, Paris, La Découverte, 2009. [ [26]]

Circulation et échanges de savoirs de la nature sur l’Amérique latine : entre continents, entre communautés

Comité d’organisation :

Pablo Kreimer (CONICET, Argentine, professeur invité IHEAL) (pkreimer@unq.edu.ar), David Dumoulin (IHEAL-CREDA-Sorbonne Nouvelle)( david.dumoulin@univ-paris3.fr), Mina Kleiche-Dray (UMR 201, IRD-Paris I Sorbonne)( Mina.Kleiche@ird.fr)

Un séminaire Bek(onal)/ENGOV[1] en collaboration avec l’axe « Circulation des savoirs et des pratiques culturels » du CREDA (UMR 7227 [2]).

Format : cette année le séminaire sera organisé en 3 tables rondes au printemps 2012

 Public : Il s’agit d’un séminaire de recherche destiné aux doctorants et chercheurs travaillant sur des domaines proches des études sociales des sciences. Les  participant des projets ENGOV (projet européen FP7, Environmental Governance in Latin America and the Caribbean: Developing Frameworks for Sustainable and Equitable Natural Resource Use) et Circulation des savoirs et des pratiques culturels du CREDA (UMR 7227), les  étudiants, doctorants et chercheurs de l’IHEAL-CREDA, institution où Pablo Kreimer est professeur invité durant ce semestre seront particulièrement les bienvenus, ainsi que tous les chercheurs  et futurs-chercheurs s’intéressant aux savoirs de la nature.

Lieu : Institut Des Amériques, salon des Amériques (175 rue Chevaleret), IHEAL (27 rue Saint-Guillaume). Dates fixées : (salon des Amériques de l’IDA réservé 14h-18h) :

vendredi 30 mars, (14h-18h) , vendredi 6 avril, (14h-18h) , vendredi 11 mai (14h-18h).

 

Description générale :

« La vocation universelle des savoirs de la nature est un des axes centraux de la structuration de plusieurs domaines scientifiques aussi bien que de la mise en question publique des thèmes liés à la connaissance, intervention, transformation, exploitation, voire la prise de conscience des risques de la nature et de ses relations avec les sociétés ».Durant plusieurs siècles les échanges de savoirs se sont développés en changeant  de nature à plusieurs reprises, selon les divers paradigmes épistémologiques, culturels et politiques opérant.

L’Europe, notamment, a joué un rôle crucial dans ce processus, dans la mesure où ce sont les intellectuels, scientifiques ou simplement les voyageurs européens qui ont pendant longtemps « marqué le terrain » des horizons des savoirs modernes et des rapports entre nature et société. L’Amérique latine a été l’une des régions les plus actives lors des échanges, d’une part par la présence d’élites qui ont joué le rôle d’intermédiaires entre les courants européens et les sociétés en place; et d’autre part, par la présence de la diversité des espèces vivantes méconnues des européens qui en faisaient un lieu privilégié pour le travail de terrain (faut-il rappeler à titre d’exemple le rôle des « messagers » qu’ont joué certains savants locaux dans la classification de Linnée, ou le rôle crucial des voyages de Darwin en Amérique du Sud ?). Aujourd’hui,  au niveau mondial, la coopération internationale et la mobilité sont devenues partie intégrante de la carrière des scientifiques. Nous savons que ces dernières sont motivées par différentes raisons et motivations relevant aussi bien des logiques politiques, diplomatiques, militaires, économique, sociales que des logiques scientifiques.

L’objectif de ce séminaire est de mettre en relief la nature et les conséquences de ces échanges, et de rendre compte des transformations des savoirs sur l’Amérique Latine les plus saillantes au cours de ces circulations au cours des trois derniers siècles. Ceci devrait apporter un éclairage sur l’impact de ces échanges  sur le transfert, la diffusion, la ré-appropriation et la co-production des connaissances scientifiques, sur l’organisation scientifique et leurs interactions avec les priorités gouvernementales ou institutionnelles. Pour cela nous avons fait appel à des spécialistes de l’histoire de la circulation des savants, des scientifiques, des instruments, des modèles institutionnels pour comprendre les facteurs qui favorisent et déterminent la circulation des savoirs, la production des connaissances, la formation de la communauté scientifique et l’émergence de nouveaux champs de recherche.

Ainsi le séminaire sera organisé en 3 séances, chacune autour de 4 présentations et qui approcheront les axes centraux de ces échanges–épistémiques, culturels et politiques- pour chaque période considérée. Deux commentateurs organiseront les points communs et élaboreront la synthèse de chaque séance :

– La première séance est intitulée « Expéditions scientifique européenne et rencontres latino-américaines: l’âge des savants » (XVIII – XIXe) » et aura lieu le vendredi 30 mars (14h-18h).

– La deuxième portera sur l’ « Internationalisation des sciences au XXème siècle : disciplines, pratiques, conséquences » et aura lieu le vendredi 6 avril (14h-18h).

– Enfin, la troisième séance s’intitule « Géopolitique des savoirs sur la nature : nouvelles réalités, approches, nouvelles controverses » et aura lieu le vendredi 11 mai (14h-18h).

 

Séance 1

Vendredi 30 mars, (14h-18h)

« Expéditions scientifique européenne et rencontres latino-américaines sur la nature:  l’âge des savants » (XVIII – XIXe).

Cette première séance portera sur l’organisation de certaines « expéditions scientifiques » organisées depuis l’Europe en terres latino-américaines au XVIIIe et XIXe siècle, avant que s’organisent de véritables institutions scientifiques disciplinaires telles qu’elles émergent au tournant du XXe siècle. Elle vise surtout à donner à la réflexion collective un regard rétrospectif sur les continuités et les ruptures qui caractérisent les circulations des savoirs entre l’Amérique latine et l’Europe. Quatre perspectives seront privilégiées en vue de possibles comparaisons, sans viser l’exhaustivité ni l’érudition historiographique.

1 – Quel a été l’ancrage institutionnel de ces expéditions dominées par de fortes personnalités : le rôle des Etats mais aussi celui des premières académies ? Quelles ont été les ruptures dans ce type d’expéditions avec les indépendances des pays latino-américains ?

2 – Quelles ont été les relations avec d’éventuels « alter-ego » locaux (imposition d’une vision eurocentrique ? tensions entre modèles et modes de penser ? division du travail ? différences de savoirs, de regards sur la nature ?)

3 – Quelles perceptions de la nature, quelles cultures scientifiques, quelles labellisations disciplinaires sont alors mobilisées ? (Géographie ? Etudes naturalistes ? Botanique ? Zoologie ? Biologie ? Anthropologie ? Médecine ?)

4- Comment alors qualifier les modes de circulation des savoirs – et/ou de collections matérielles- entre les deux continents ?

 

Séance 2

Vendredi 6 avril, (14h-18h)

« Internationalisation des sciences de la nature au XXème siècle :

disciplines, pratiques, conséquences »

Vers les premières décennies du XXème siècle, la plupart des disciplines « modernes » sont déjà établies dans des institutions universitaires, musées et centres de recherche en Amérique Latine, notamment dans les pays les « actifs » (Mexique, Colombie, Argentine, Brésil, Chili). En même temps, dans les pays développés (Europe et les Etats-Unis) les domaines scientifiques ont engendré plusieurs institutions de « socialisation », en particulier les Sociétés disciplinaires, qui sont à la source des revues scientifiques et des congrès internationaux, deux instances cruciales pour l’internationalisation tout au long du siècle. C’est également le siècle des débats sur le caractère international des savoirs, dans des lieux privilégiés comme l’UNESCO. Mais les échanges ne peuvent être réduits à ces rapports formalisés, et les chercheurs latino-américains –notamment les élites- développent des stratégies diverses pour s’insérer dans les tissus de plus en plus complexes et de plusieurs « mondes » qui semblent fonctionner, tant en parallèle, que superposés.

Quatre axes/questions organiseront cette séance :

  1. La nature des institutions scientifiques : transfert des modèles institutionnels, hybridation des modèles locaux/internationaux ou recherche des chemins originaux ? quelles influences dominent ?
  1. Développement de nouveaux domaines scientifiques « professionnalisés » dans l’étude de la nature : création des traditions « nationales » ? diversité des modèles selon les pays ? quel rôle pour les savants ? quels rapports avec l’usage social des connaissances ?
  1. L’internationalisation à l’âge d’internet : nouvelle division internationale du travail scientifique ou (« vino viejo en barricas nuevas ») ? ; de nouveaux rapports « sciences-techniques-sociétés ? vers un renversement de la fuite des cerveaux ? quelles sont les conséquences de l’ERA (et l’espace américain) pour la recherche latino-américaine ?
  1. Problèmes globaux, solutions globales, recherche globale ? Modes de régulation et participation des citoyens dans les nouveaux enjeux et controverses (changement climatique, biodiversité, nouvelles énergies, etc.)

 

Séance 3

Vendredi 11mai, (14h-18h)

«Géopolitique des savoirs de la nature :

nouvelles réalités, approches, nouvelles controverses »

Vers la fin du XXème et le début du XXIème siècle nous assistons à plusieurs transformations des rapports sciences-technologies et sociétés. On peut constater un certain éclatement des disciplines traditionnelles et l’émergence des nouveaux domaines (comme les  nanosciences et nanotechnologies, les sciences de l’environnement) ; une re-localisation de la recherche industrielle qui entraîne le transfert d’une partie des activités de R&D aux universités, de nouvelles formes socio-politiques d’intervention sur le développement technoscientifique, une reconfiguration des espaces de production des savoirs, l’émergence de nouveaux groupes et institutions, changement radical des activités de R&D dans certains pays, etc.

Dans ce contexte, il convient de se poser également la question sur les nouvelles façons d’analyser les rapports centres-périphéries dans la production et usage des connaissances, en particulier dans les pays « non hégémoniques » ayant une forte tradition de recherche, dont les grands pays de l’Amérique Latine (Argentine, Brésil, Mexique et, dans un second groupe, Chili, Colombie, Venezuela, Uruguay).

Plusieurs questions se posent alors quant à la complexité de ces rapports aujourd’hui et sur leur devenir

–          Changement de la carte mondiale de la recherche –avec émergence de la Chine et l’Inde- ou renforcement des vieilles hégémonies ? Quel place pour la recherche dans les pays les plus « avancés » de l’Amérique Latine ?

–         Quels enjeux pour une participation démocratique dans la production et usage des technosciences ? Quels rapports entre démocratie, développement économique et savoirs ?

–         Vers un dépassement des « centres » et des « périphéries » ?

–       Il y a-t-il encore une place pour les politiques nationales de S&T&I ? Est-elle semblable pour tous les pays ? Quelles seraient les conditions (et les avantages) ?

– Quel rôle imaginer pour les Centres publics de recherche : producteurs des savoirs stratégiques ?, fournisseurs pour les entreprises ? formation des jeunes chercheurs ? fusion avec d’autres institutions, notamment universitaires ?


[2] http://www.iheal.univ-paris3.fr/spip.php?rubrique576

Agriculteurs, terres et semences dans la globalisation

  • Organisé par Birgit Müller, chargée de recherche au CNRS

1er et 3e lundis du mois de 11 h à 13 h (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 16 janvier 2012 au 18 juin 2012. Séance extraordinaire le 7 novembre, de 10 h à 12 h, salle 587, 5e étage, bât. Le France 75013 Paris. Séance supplémentaire le 23 janvier (même heure, salle 10, 105 bd Raspail). Pas de séance le 20 février. La séance du 4 juin est reportée au 11 juin de 10 h à 13 h (salle 3, 105 bd Raspail). La séance du 18 juin est reportée au 25 juin, même salle

À l’aube du XXIe siècle, terres et semences, deviennent des marchandises échangées à l’échelle mondiale, dont la production et la régulation sont affectées par des politiques agraires aussi bien nationales que mondiales. Dans le même temps leur condition physique et leur matérialité constituent la base de toute pratique agricole et deviennent des enjeux de mobilisation politique dans un monde, qui se sent menacé par le changement climatique et le spectre de la faim. Ce séminaire s’intéressera aux visions du monde et du futur qui sous-tendent les pratiques quotidiennes de production agricole.
Il se penche autant sur les processus de standardisation et d’homogénéisation des pratiques de production que sur la différenciation des choix agricoles et sur les initiatives de valorisation et de réinvention du local, considérées comme un autre symptôme paradoxal de la globalisation. On s’intéressera autant aux dispositifs de marchandisation de l’agriculture et de l’alimentation (brevets sur les semences, accaparement des terres…), qu’aux mobilisations sociales et politiques, et aux filières de production et de commercialisation alternatives (circuits courts, luttes paysannes) qu’ils font émerger.
La réflexion théorique portera sur le rapport entre perceptions sensorielles, pratiques et visions du monde, en interrogeant l’impact des formes de commercialisation et de régulation, les configurations de mobilisation et de participation politique tout comme la vie des idées et des pratiques au quotidien. Les concepts émergeants de l’anthropologie de l’environnement seront alors enrichis par les débats qui dominent l’anthropologie politique et économique aujourd’hui.

Lundi 7 novembre 2011, de 10 h à 12 h (salle 587, 5e étage, noyau B, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris) : Tania Murray Li nous présentera ses recherches en cours. Le papier est en anglais et la discussion se déroulera en français

From mixed farms to industrial mono-crops : how palm oil and cacao are transforming landscapes, livelihoods and identities of agrarian populations in Southeast Asia.

The received knowledge about peasants insists that sustaining ecologically-stable mixed farms with an emphasis on food for local consumption is the most appropriate way to live. This is the form of production advocated by La Via Campesina and the global peasant movement. Yet across Southeast Asia former-peasant farmers are abandoning their mixed farms in favour of industrial mono-crops such as cacao and oil palm. Oil palm now covers millions of hectares in the region, and far from rejecting the crop, a great many smallholders are embracing it – especially if given the chance for a decent contract with the large plantation corporations. This paper will describe the transformations associated with crop-booms, and show that they are far deeper than simply a change in land use: they reshape landscapes, property regimes, and the identities of agrarian populations.

Tania Murray Li, professeure et titulaire de la chaire canadienne de la recherche au département d’anthropologie de l’université de Toronto, a écrit sur l’émergence du mouvement des peuples indigènes de l’Indonésie, sur la réforme agraire, la formation des classes en milieu rural, des luttes autour des forêts et la conservation, la gestion des ressources communautaires et le déplacement forcé des populations. Elle a récemment publié The Will to Improve : Governmentality, Development, and the Practice of Politics(Duke University Press, 2007) et en 2011 Powers of Exclusion : Land Dilemmas in Southeast Asia.avec D. Hall et P. Hirsch. National University of Singapore Press/University

16 janvier 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) :  Birgit Müller, Agriculteurs, terres et semences dans la globalisation (introduction)

23 janvier 2012 (salle 10 105 bd Raspail) : Marie Phliponeau, De l’ « indigène » au « cotonculteur », la création d’un pays cotonnier en Afrique de l’Ouest (cas du Burkina Faso) Le coton est au coeur des sociétés d’Afrique de l’Ouest depuis 10 siècles mais sa place et sa nature ont été profondément modifiées à la période coloniale transformant radicalement les rapports des paysans à leur terre, à leur territoire, à l’univers culturel et identitaire lié au coton.

6 février 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Jean Foyer, Conserver les mais locaux au Mexique: des banques de gènes aux fêtes populaires En centrant sur la question de la coévolution entre le maïs et la société mexicaine (avec une interrogation sur le statut d’acteur) et les différents statuts alloués au maïs selon le type d’acteur (agriculteur, paysan indigène, paysan indigène, différentes communauté scientifiques…)

5 mars 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) :
Christophe Bonneuil, Entre diversité bio-culturelle et réductionnisme moléculaire: la controverse sur la présence de transgènes dans les maïs mexicains.
Birgit Müller, Échappement de gènes et propriété intellectuelle : le colza au Canada

19 mars 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) :
Frédérique Jankowski (mars/avril) Les sols agraires sont-ils vulnérables au changement climatique ? Concertation et définitions de la vulnérabilité des sols au Sénégal.
Birgit Müller
Qu’est-ce que un sol vulnérable? Classification des sols et enjeux du développement au Nicaragua

2 avril 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Ingrid Hall, Pommes de terre « natives » et conservation in-situ au Pérou. Quelle place pour les paysans ?
(Exposer les modalités de constitution de des collections nationales et internationales puis de les mettre en perspective avec les pratiques des paysans.)

7 mai 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Élise Demeulenaere, Mouvement semences paysannes

21 mai 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Fréderic Thomas, Transcription du droit international de la PI sur les variétés des plantes cultivées en droit national : l’exemple du Vietnam

11 juin 2012 (de 11 h à 14 h, salle 9, 105 bd Raspail) :
Cindy Adolphe, Cafés et caféiers chez les Gedeo (Ethiopie), de l’arbre de l’envahisseur à la valorisation du patrimoine
Valeria Sinsicalchi, Le Mouvement Slow Food

25 juin 2012 (salle 9, 105 bd Raspail) : Michel Streith et Birgit Müller, Agriculture paysanne et recomposition des enjeux alimentaires

 

Mots-clés : Anthropologie, Biologie et société, Développement durable, Environnement, Politique, Rurales (études),

Aires culturelles : Amérique du Nord, Amérique du Sud, Contemporain (anthropologie du, monde),Transnational/transfrontières,

Centre : IIAC-LAIOS – Laboratoire d’anthropologie des institutions et organisations sociales

Renseignements : Lydie Pavilli-Baladine, IIAC-LAIOS, EHESS 190 ave de France 75013 Paris, tél. : 01 49 54 21 98, courriel : Lydie.Pavili-Baladine(at)ehess.fr.

Site web : http://www.iiac.cnrs.fr/laios/spip.php?article206

Adresse(s) électronique(s) de contact : bmuller(at)msh-paris.fr